Faire 120 euros d’économie sur son forfait mobile en décochant cette option inutile

Un forfait mobile peut contenir des frais qui ne sont pas évidents à détecter. Voici ce que les opérateurs ne vous disent pas.

© Faire 120 euros d’économie sur son forfait mobile en décochant cette option inutile

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

À l’heure où la grande majorité d’entre nous ne sort plus de chez soi sans un smartphone, faire le bon choix lors d’un changement de forfait mobile ou d’appareil revêt une importance capitale. D’ailleurs, savez-vous que nombre d’abonnés paient entre 120 et 180 euros par an en trop pour leur forfait mobile ?

Si leur opérateur ne prend pas soin de les en informer, dans les lignes de cet article, ils sauront comment ils pourraient dépenser moins en annulant tout simplement une option qui n’est pas ou plus nécessaire.

Attention à la facture mensuelle de votre forfait mobile !

L’achat d’un smartphone proposé en plusieurs fois est aujourd’hui une option accessible, grâce aux offres des différents opérateurs mobiles.

À lire Cette grosse amende si vous faites pipi dans l’eau dans cette station balnéaire très connue

Ce type de promotion permet alors de payer le téléphone en plusieurs fois avec les frais de l’offre… Avec l’avantage d’obtenir un appareil de dernière génération comme un smartphone.

Au lieu de devoir payer la totalité du prix d’achat en une seule fois, vous pouvez payer votre smartphone en tout confort par mensualités grâce à un abonnement. Cela rend alors l’achat d’un nouveau téléphone portable beaucoup plus pratique. Et vous permet aussi de mieux gérer votre budget.

Vous pouvez alors payer facilement sur une base mensuelle et avoir la possibilité de choisir un nouvel appareil. Mais que faut-il prendre en compte lors de la souscription à un abonnement de forfait mobile ?

Parmi les offres que les géants du mobile proposent (Bouygues, Orange et SFR), une offre qui s’appelle « groupée » existe.

À lire CAF: ces gros changements sur les aides sociales avec la solidarité à la source

Dans le cadre de cette offre, le client achète un téléphone à un prix très attractif avec la condition de souscrire à un abonnement de forfait mobile d’une durée, en général, de deux ans.

Ainsi, une fois par mois, une petite partie de l’abonnement, en général autour de 15 ou 20 euros, concerne le remboursement du téléphone. Puis, au terme de ces deux ans, en toute logique, le client a entièrement payé son smartphone.

Toutefois, l’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep) a mis en évidence un mode opératoire peu honnête.

En effet, près d’un tiers des utilisateurs qui ont souscrit à un forfait mobile avec une telle offre ne changent pas leur téléphone après deux ans. Ils continuent d’utiliser le même téléphone, parfois jusqu’à plus de trois ans. Or, leur facture mensuelle, elle, ne change pas !

À lire LEP: 12 millions de Français vont perdre beaucoup d’argent à cause du nouveau taux

Entre 10 et 180 euros de plus par mois sur leur facture

Vous l’aurez compris, alors que ces abonnés ont entièrement remboursé leur smartphone, ils continuent de le payer… Un paiement dont leur opérateur se garde bien de les en informer !

Ainsi, sur une an, cela représente un montant entre 120 et 180 euros que l’abonné paye en trop. Ce qui correspond alors à l’équivalent de quatre à six mois de forfait mobile complet sans rien obtenir en retour.

Comme l’indiquent les colonnes de l’Internaute, « ce surplus représente un gain d’environ 500 millions d’euros par an pour ces opérateurs. Soit près de 10 % de leurs bénéfices ».

Certes, la loi couvre ces opérateurs puisque les contrats stipulent que l’abonné doit changer de forfait à la fin de son contrat… Mais est-ce bien honnête ? Comment ces opérateurs peuvent-ils continuer à facturer un service qu’ils ne fournissent plus ?

À lire AAH: la liste complète des avantages de toucher cette allocation CAF

C’est purement et simplement le consommateur qui en paye sacrément les frais ! Car, en plus de son forfait mobile, il paye tous les mois des frais inutiles.