Fraude RSA: elle ment à la CAF pour profiter des aides sociales depuis l’étranger

La fraude à la CAF continue ! Une bénéficiaire du RSA qui a profité des aides sociales pour mener la belle vie à l’étranger !

© Fraude RSA: elle ment à la CAF pour profiter des aides sociales depuis l'étranger

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Chaque année, la CAF constate de nombreuses fraudes sociales. Cette femme a été démasquée en train en pleine fraude au RSA, alors qu’elle menait la belle vie à l’étranger !

La chasse à la fraude sociale continue

La CAF continue d’enquêter sur la fraude sociale qui est un phénomène courant en France. En effet, des personnes malveillantes continuent de bénéficier des aides de l’Etat même si elles n’en sont pas légitimes.

Pour cela, elles utilisent des moyens illégaux ou déloyaux comme la fausse déclaration ou encore la volonté de ne pas mentionner certains éléments important. La fraude comprend aussi la dissimulation.

À lire CAF: fini le temps perdu pour toucher aides et allocations, le versement sera automatique

La CAF la définit comme « une irrégularité ou une omission de manière intentionnelle au détriment de la Caf. Le phénomène doit être distingué des problèmes récurrents de déclaration qui génèrent bien trop de prestations familiales. »

Toute personne qui ne dit pas la vérité dans le seul but de toucher les aides sociales, risque une sanction. Celle-ci peut aller jusqu’à une amende, et même une peine de prison.

Alors pour éviter d’aller aussi loin dans la lutte contre la fraude, et de devoir rembourser des sommes perçues à tort, il est nécessaire de faire preuve de franchise. N’hésitez pas à consulter votre dossier plusieurs fois, pour vous assurer qu’il n’y a pas d’erreurs.

Autrement, les poursuites seront à l’encontre des personnes coupables de fausses déclarations. Sachez que certaines peines peuvent donc aller jusqu’à 5 ans de prison et 375 000 euros d’amende.

À lire Retraire Agirc-Arrco: les raisons du bonus de 715 euros pour 700 000 retraités

En général, le RSA est l’aide la plus trafiquée par les Français. Alors l’Etat commence à taper du poing. Car ces escroqueries font perdre beaucoup d’argent. En 2022, il y a eu 48.692 cas d’escroqueries à la CAF.

Une hausse de 11,6 % sur un an. Vous l’avez donc compris, ces fraudes coûtent cher à l’État. Car elles représentent 351 millions d’euros, contre 309 millions en 2021. Et ce nombre est toujours en hausse !

Une bénéficiaire du RSA mène la belle vie à l’étranger !

Alors pour épingler ces arnaqueurs et éviter la fraude, la Cnaf multiplie ses contrôles. Elle a décidé de croiser ses données avec celles de Pôle emploi ou des centres des impôts. Nicolas Grivel, directeur général de la Cnaf en a dit plus :

« Nos contrôles visent à s’assurer du juste droit. C’est-à-dire verser le bon montant au regard d’une situation et à rectifier les erreurs quand il y en a ».  C’est donc la raison pour laquelle ils ont démasqué une nouvelle profiteuse des aides sociales.

À lire Chèque énergie: la date de versement de cette aide en fonction de votre lieu de résidence

En effet, une femme originaire de Toulouse a profité du système de RSA en 2017 alors qu’elle était dans une situation précaire. Figurez-vous qu’elle a reçu environ 500 euros par mois de la CAF. Oui mais voilà…

Juste après avoir touché cette aide, elle a mis en place une grosse arnaque. Elle a trouvé un travail dans le golfe du Mexique. Ainsi, elle a quitté la France sans informer la CAF de son changement de situation.

Tous les mois, pendant près de deux ans, elle a continué à recevoir le RSA. Cette fraude est grave ! Car elle touchait un bon salaire à l’étranger. Cette femme menait donc la dolce vita au soleil, tout en fraudant la CAF !

Au total, elle a touché plus de 11 000 euros d’aides. Ce sont les contrôleurs de la Caisse d’Allocations Familiales qui ont réalisé qu’elle les menait en bateau. C’est donc la raison pour laquelle il y a eu l’ouverture d’une enquête policière.

À lire 60 Millions de consommateurs a trouvé la meilleure crème hydratante de supermarché

Cette femme risque d’avoir de grosses sanctions ! Voilà qui prouve que l’Etat continue d’enquêter sur la fraude à la CAF en 2023 !