Les moustiques vont faire encore plus de ravage cet été selon ce docteur

Un professeur a expliqué pourquoi vous avez l'impression d'être plus piqué par les moustiques lorsque vous êtes vacances.

© Les moustiques vont faire encore plus de ravage cet été selon ce docteur

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

L’un des insectes les plus agaçants qui existe est le moustique ! Chaque année, ils deviennent de plus en plus insupportables, ils sont de plus en plus présents dans nos maisons et nos espaces verts. Et, pour cet été 2024, ils n’épargneront encore personne !  Selon un professeur, que le Journal des Femmes a relayé, « vous allez davantage être piqués par les moustiques pendant vos vacances« . Voici pourquoi.

Comment et pourquoi les moustiques nous piquent-ils ?

Les moustiques piquent pour se nourrir. Ce sont les femelles qui piquent. Tandis que les mâles, eux, se nourrissent, en général, de substances sucrées présentes dans le nectar des fleurs.

Le sang dont se nourrissent les moustiques contient des protéines et d’autres nutriments essentiels à leur survie et à la production d’œufs.

À lire Permis de conduire: une nouvelle vignette obligatoire pour les seniors ?

La surface de notre peau est recouverte de millions de micro-organismes. Ceux-ci ne se répartissent de manière uniforme sur la peau. Ces micro-organismes diffèrent en quantité et en qualité d’une personne à l’autre, en fonction du patrimoine génétique, ainsi que de l’alimentation, du mode de vie et des changements hormonaux.

Ils ont alors la capacité de convertir les sécrétions des glandes sudoripares en divers composés chimiques volatils, qui attirent les moustiques en grande quantité.

Tout d’abord, les moustiques identifient leurs proies principalement par l’odorat. Ce sont des substances telles que le dioxyde de carbone que l’haleine humaine expire, la chaleur corporelle et d’autres odeurs corporelles, comme la sueur qui les attire.

Une fois qu’un moustique a identifié sa victime, il se positionne sur la peau et insère sa trompe, à travers laquelle il injecte de la salive dans la peau comme « anesthésique ». Puis, il aspire le sang.

À lire Code de la route: des nouveautés à prévoir pour les conducteurs seniors ?

De plus, la salive contient des substances anticoagulantes qui empêchent la coagulation du sang. Cela permet ainsi au moustique de sucer le sang plus facilement.

Donc, « c’est ce cocktail de molécules qui déclenche une réaction immunitaire. Et qui, en fonction de la personne piquée, entrainera une inflammation à l’origine de ce fameux bouton qui démange » explique Anna-Bella Failloux, professeure d’entomologie médicale à l’Institut Pasteur.

Les moustiques sont-ils plus nombreux sur les lieux de vacances ?

Plusieurs facteurs influent donc sur la composition de la salive des moustiques. Par exemple, les mâles et les femelles recueillent du sucre sur les plantes et les fruits de leur environnement.

Cet apport en sucre aides les moustiques à voler et conditionne la composition de leur salive. Mais, il est différent selon la zone géographique. En effet, les plantes sont différentes selon les lieux.

À lire CAF: qui va toucher cette aide de 953 euros bientôt versée ?

On retrouve cette même variation avec le sang dont les moustiques se nourrissent. Notre sang n’est pas le même que celui de nos voisins. Et ce dernier modifie aussi la composition de leur salive.

Ainsi, « une personne piquée par la même espèce de moustique dans un endroit donné, développe une immunité vis-à-vis de la salive qui a souvent été injectée. »

Et Anna-Bella Failloux de conclure que… « Nous avons toujours l’impression qu’il y a moins de moustiques chez nous. Alors qu’il y en a tout autant que sur nos lieux de vacances. »

Il est important de noter que les moustiques peuvent transmettre des maladies graves. Maladies telles que le paludisme, le virus Zika ou du Chikungunya, le virus de la dengue et d’autres.

À lire Allocation chômage: calculer facilement le montant que vous allez toucher

Les spécialistes conseillent donc de se protéger avec des insectifuges. Mais aussi avec d’autres mesures préventives, en particulier dans les zones où ces maladies sont présentes.