Tout savoir pour profiter du bonus réparation pour réparer vos vêtements et chaussures

L'Etat vient de mettre en place le bonus réparation pour permettre aux Français de réparer leurs vêtements et chaussures au meilleur prix !

© Tout savoir pour profiter du bonus réparation pour réparer vos vêtements et chaussures

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Et si vous répariez vos vêtements au lieu de les jeter ? C’est en tout cas ce que propose l’organisme Refashion. Celui-ci a mis en place le bonus réparation avec l’Etat. Il vous donne droit à des réductions pour donner une seconde vie à vos looks préférés. Découvrez comment en profiter.

L’Etat s’engage contre la surconsommation

De nos jours, les consommateurs sont très nombreux à renouveler leur dressing chaque saison. En effet, la plupart des Français ont tendance à racheter de nouveaux habits pour remplacer les anciens.

La fast fashion n’est pas sans conséquences. La surconsommation de textiles a un réel impact sur la planète. C’est pourquoi de nombreuses alternatives voient le jour.

À lire Pension retraite: la date officielle de la hausse en 2024, les Français concernés

Fripes, site de seconde main, vide dressing… il est désormais possible de consommer la mode de façon plus responsable. Cependant, une question persiste. Que faire des habits déchirés ou usés par le temps ?

Vous ne le savez peut-être pas, mais il est souvent possible de réparer les textiles ou les chaussures. L’Etat vous offre même l’opportunité de le faire au meilleur prix avec son bonus réparation.

Cette initiative a pour but de prolonger la durée de vie de vos tenues favorites. Vous pouvez bénéficier d’une aide très avantageuse pour les réparer chez des professionnels.

Bonus réparation : comment ça marche ?

Le bonus réparation vient de l’organisme Refashion. Celui-ci explique sa démarche sur son site internet.

À lire CAF: plus besoin de faire la demande pour toucher ces aides et allocations

« Ce soutien financier est possible grâce au Fonds Réparation Refashion qui est un fonds financé par les éco contributions. Celles-ci sont versées par les marques dans le cadre de la loi AGEC et de la REP ».

Mais alors, comment bénéficier de cette aide ? Et à quoi correspond-elle ? Voici tout ce que vous devez savoir !

Le principe est simple. L’Etat vous offre une aide de 6 euros à 25 euros sur un acte de réparation. Une somme non négligeable dont pouvez profiter dès maintenant.

Le bonus réparation est entré en vigueur ce mardi 7 novembre. Et bonne nouvelle, vous n’avez aucune démarche à faire pour y avoir droit.

À lire Le montant du revenu minimum pour vivre heureux en France selon l’INSEE

Il vous suffit de vous rendre chez un artisan partenaire. Vous pouvez retrouver la liste sur une carte en ligne. Celui-ci appliquera la réduction sur sa facture.

Pour l’instant, la liste ne couvre pas toutes les régions la France. Celle-ci devrait très vite augmenter pour permettre à tous de profiter du bonus réparation.

Concernant les prix, ce dispositif est très avantageux. En effet, il permet de donner une seconde vie aux vêtements pour quelques euros symboliques.

Des prix très attractifs

Le bonus réparation offre de très belles réductions. Vous pouvez avoir droit à 7 euros pour réparer un pantalon. Ou encore 25 euros pour ressemeler des chaussures.

À lire Aides et allocations CAF: gros changement sur les versements

L’accès à cette aide est illimitée. Seule condition : la promotion ne doit pas excéder 60 % du prix final. Celle-ci s’applique aussi sur des réparations de 12 euros TTC minimum.

Ce bonus s’applique à un large choix de textiles. En effet, vous pourrez en profiter pour réparer des vestes, pantalons, et même le linge de maison.

Côté chaussure, aucunes limites ! Vos sandales, bottes ou talons pourront s’offrir une petite beauté au meilleur prix.

Cette démarche incite donc les Français à conserver leurs pièces favorites. Celui-ci a aussi pour but de protéger leur pouvoir d’achat.

À lire Une attaque de requin impressionnante sur cette célèbre plage, les baigneurs sous le choc

L’organisme a pour but d’augmenter de 35 % le volume des pièces réparées d’ici à 2028. Affaire à suivre donc.