Inflation: les prix vont enfin baisser mais ce n’est pas pour tout de suite !

Le gouverneur de la Banque de France a annoncé une très bonne nouvelle ! Il évoque une baisse de l’inflation qui serait significative en 2025

© Inflation les prix vont enfin baisser mais ce n'est pas pour tout de suite !

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Cette période d’inflation n’en finit pas ! Face à la détresse des Français, le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau a annoncé une bonne nouvelle. Il pourrait bien y avoir une baisse de l’inflation en 2025.

Le gouverneur de la Banque de France annonce une bonne nouvelle mais pas pour tout de suite

Cette année 2023 est loin d’être facile en raison de l’explosion des prix. Celle-ci concerne pratiquement tous les domaines. Que ce soit le carburant, l’immobilier, l’alimentation, le gaz. Mais aussi le marché de l’occasion, et bien d’autres choses encore.

À l’approche de la fin d’année, les nouvelles ne sont pas bonnes. Car le prix de l’électricité continue d’être en hausse.

À lire Pension retraite: la date officielle de la hausse en 2024, les Français concernés

Il est donc très important de bien faire attention à votre conso pour éviter de recevoir une grosse facture. Alors évitez d’utiliser le chauffage en hiver lorsque vous n’êtes pas chez vous. Éteignez les lumières, et éviter de dépenser sans compter.

La baisse de l’inflation n’est pas prévue de sitôt… Mais sur les ondes de Franceinfo, le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau a annoncé une nouvelle un peu plus rassurante… Il explique qu’il devrait y avoir une baisse de l’inflation d’ici à 2025.

Non, vous ne rêvez pas ! Les prix vont bel et bien baisser en 2025. Cela peut faire loin, mais la nouvelle est tout de même très bonne. Le gouverneur de la Banque de France explique ainsi : « Nous prévoyons un atterrissage vers 2 % d’ici à 2025 ».

Et ce n’est pas tout. Car François Villeroy de Galhau, a aussi assuré que les prix sont déjà en train de descendre. Mais attention ! Il ne prend pas en considération les prix de l’énergie. « Dans la zone euro, nous étions à plus de 10 % d’inflation l’an dernier, on est descendu aujourd’hui à 4,3 % », a-t-il précisé.

À lire CAF: plus besoin de faire la demande pour toucher ces aides et allocations

Une baisse de l’inflation à venir

Mais le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau alerte sur un point très important à surveiller. Celui qui se passe au sein du Proche-Orient : « le point à surveiller, c’est l’éventuelle extension du conflit », dit-il.

Selon lui, rien ne justifierait une nouvelle hausse des taux d’intérêts de la Banque centrale européenne (BCE). Il ajoute ainsi : « L’inflation, c’est la maladie, la montée des taux d’intérêts, le remède. Il n’est pas agréable, mais efficace ».

Même si les Français ne voient pas la différence en magasin, sachez qu’il y a bel et bien une décélération des indices de prix. Mais elle est bien moins rapide que celle qui a lieu dans les pays voisins en Europe.

Par exemple en 2022, la France affichait une baisse de l’inflation assez exceptionnelle. Mais cela n’est pas le cas en 2023 !

À lire Le montant du revenu minimum pour vivre heureux en France selon l’INSEE

Car la France se retrouve dans les cinq pays affichant les taux d’inflation les plus élevés. Souvenez-vous du mois de septembre.  L’inflation en France tournait à 5,6 %.

Nos confrères d’Econostrum expliquent qu’elle a donc dépassé le chiffre de l’Allemagne (4,3 %), l’Espagne (3,2 %). Mais aussi la Belgique (0,7 %), et les Pays-Bas (-0,03 %, suite à la déflation du mois dernier).

« Cette évolution contraste avec la baisse de l’inflation de 17,3 % aux Pays-Bas en 2023, alors qu’en France, elle ne dépasse pas 0,6 %. »

À ce jour, la France a toujours du mal à sortir de la crise. Rodolphe Bonnasse, PDG d’Aristid Retail et expert en consommation, en a dit plus !

À lire Aides et allocations CAF: gros changement sur les versements

Il explique que nous traversons donc une période de ralentissement. Mais attention ! Car la reprise est plus complexe. Les Français attendent donc 2025 avec impatience !