Carburants: bonne nouvelle les prix bientôt plafonnés à 1,50 € le litre ?

Selon l'association 40 Millions d'automobilistes, une réforme de la fiscalité sur les carburants routiers est urgente

© Carburants: bonne nouvelle les prix bientôt plafonnés à 1,50 € le litre ?

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Les prix des carburants n’ont cessé d’augmenter depuis plus d’un an, et ils se sont orientés tout doucement vers les 2 euros le litre. Et, par exemple, le mois dernier, le SP98 avait même dépassé le seuil des 2 euros le litre.

Cette situation historique a poussé l’association 40 Millions d’automobilistes à lancer une pétition pour plafonner les prix des carburants à 1,5 euro le litre.

Les prix des carburants ont grimpé en flèche !

Tous les jours, des millions d’usagers de la route, consomment les carburants routiers. Et, une chose est sure, l’inflation n’a pas épargné ces derniers.

À lire Livret A: cette hausse inattendue qui va faire plaisir aux 56 millions d’épargnants

Les prix que les stations-service ont affiché récemment sont sans précédent. Et, les prix de tous les carburants tournent autour  2 euros le litre.

En 1 an, le litre de SP95 a essuyé une hausse de 0,32 d’euros. Et, celui du gazole a connu une hausse de 0,21 d’euros. Cela correspond, en moyenne, à un surcout d’un peu plus de 200 € par an (+13,3 %) pour chaque automobiliste.

Selon l’INSEE, le premier poste de dépense des ménages français sont les transports (16,4 %). Vient ensuite le logement (16,3 %) et enfin l’alimentation (16,1 %).

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce sont là des prix historiques qui sont devenus le baromètre du coût de la vie.

À lire Facture d’électricité: elle va encore augmenter à cause de ces frais hallucinants

Par conséquent, ils « mettent désormais en péril l’accès à la mobilité de nombre de nos concitoyens. Pour qui la voiture individuelle reste le seul moyen de transport pertinent pour effectuer la plupart des déplacements du quotidien : aller travailler, emmener les enfants à l’école, se soigner, faire ses courses… », peut-on lire dans les colonnes de l’association 40 Millions d’automobilistes.

40 Millions d’Automobilistes réclame une réforme de la fiscalité de l’or noir

Face à cette situation, l’association 40 Millions d’Automobilistes a décidé de monter au créneau. En effet, cette dernière a, en effet, profité de cette tendance haussière pour réclamer une « réforme de la fiscalité sur les carburants ».

L’association a alors lancé une pétition portant sur les prix des carburants. En effet, 40 Millions d’Automobilistes demande que « le prix du litre ne dépasse pas 1,5 €/L ».

Selon l’association de défense des automobilistes « l’État doit agir de toute urgence ». Et ce, afin de « réformer la fiscalité sur les carburants ». L’objectif ? « modérer leur prix et préserver la mobilité et le pouvoir d’achat des ménages français ».

À lire CAF: ces français qui vont toucher une aide de 635 euros sans faire aucune demande

Selon l’entité « les prix affichés en station-service dernièrement sont sans précédent et flirtent allègrement avec les 2 euros le litre ».

40 millions d’automobilistes a alors lancé cette pétition le mercredi 10 avril. Et le moins que l’on puisse dire est qu’elle rencontre, depuis, un vif succès.

En effet, dès sa mise en ligne, elle a enregistré plus d’un million de signataires en seulement 3 jours.

Pour information, sur un litre de carburant, les taxes comptent pour près de 60 % du prix. Tous les ans, l’Etat engrange environ 40 milliards d’euros. Un montant stratosphérique grâce à tous les automobilistes qui font les pleins de carburants !

À lire Ce virement versé par l’État à des millions de Français et sa date sur votre compte en banque

41 milliards d’euros

Une réforme fiscale pourrait passer par une baisse de la TVA de 21 % à 5,5 % sur les carburants. Il s’agirait alors de l’instauration de taxes flottantes… Fortes lorsque le prix est bas et se réduisant lorsqu’il est en hausse.

Les caisses de l’État empochent 41 milliards d’euros grâce à la taxation sur les carburants, une suppression ou une baisse de la TICPE serait clairement une utopie dans le contexte actuel.

Pour mémoire, le gouvernement a annoncé un plan d’économies de 10 milliards d’euros pour l’année 2024. En ce qui concerne l’année 2025, l’État veut économiser cette fois 20 milliards d’euros.