Fraude CAF: ce couple ment sur sa situation pour toucher 15 000€ d’aides sociales illégalement

Nouvelle fraude à la CAF ! Un couple prétend être sans emploi et touche plus de 15 000 euros d'aides de la Caisse d'Allocations Familiales !

© Fraude CAF ce couple ment sur sa situation pour toucher 15 000€ d'aides sociales illégalement

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Une nouvelle arnaque à la CAF fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps. Un couple qui prétendait être sans emploi a réussi à toucher plus de 15 000 euros d’aides à l’organisme !

CAF : un couple soutire plus de 15 000 euros

Les fraudes aux aides sociales ne datent pas d’hier. Mais ces derniers, les médias relayent de nombreux cas d’escroqueries qui visent la CAF.

La dernière en date concerne un couple qui a réussi à soutirer plus de 15 000 euros à la CAF ! En effet, les deux individus prétendaient qu’ils étaient sans emploi.

À lire CAF: qui va toucher cette aide de 200 euros pour se former à ce métier ?

Les deux escrocs ont mis en place un stratagème bien rodé. Ils ont présenté des documents falsifiés à la CAF. Et se sont fait passés pour des personnes sans emploi qui avaient besoin d’une aide financière.

Cependant, des enquêtes de la Caisse d’Allocations Familiales ont pu révéler que le couple n’était pas du tout en situation financière instable. Loin de là !

C’est d’ailleurs loin d’être le seul cas de fraude aux aides sociales. En juillet dernier, un couple a été assigné à comparaître pour blanchiment d’argent devant le tribunal de Niort.

Les deux individus touchaient le RSA. Au total, ils ont réussi à détourner plus de 300 000 euros ! Rien que ça.

À lire CAF: qui peut toucher cette aide jusqu’à 900€ pour partir en vacances ?

Un autre duo d’escroc avait réussi à toucher le RSA pendant deux ans sans y avoir droit. L’organisme social a ensuite découvert qu’ils avaient un total de 500 000 euros sur plusieurs comptes bancaires.

Les fraudes aux aides sociales sont donc assez courantes. Pour se protéger, la CAF a mis en place un nouveau dispositif de contrôle des bénéficiaires.

Plus de contrôles

Face à l’ampleur du phénomène, la CAF doit se protéger des escrocs. L’organisme social a d’ailleurs renforcé ses mesures de contrôle.

Désormais, il effectue des vérifications plus fréquentes. Grâce aux systèmes d’intelligence artificielle, la CAF peut aussi plus rapidement détecter les irrégularités dans les demandes.

À lire CAF: cette règle obligatoire avant de sanctionner un allocataire

Les allocataires doivent aussi tenir à jour leur dossier. Ils doivent signaler moindre changement à la Caisse d’Allocations Familiales. Sous peine d’être suspecté de vouloir cacher sa véritable situation.

D’un autre côté, les employés de la CAF ont aussi accès à des formations pour apprendre à mieux détecter les signes de fraudes. L’organisme social fait donc tout pour prévenir les fraudes.

Cependant, certains escrocs arrivent tout de même à leur fin ! Mais de lourdes sanctions les attendent. Sans trop de surprise !

D’abord, les personnes qui reçoivent des aides sociales sans y avoir droit doivent rembourser ce qu’on appelle un « trop-perçu ». C’est-à-dire la somme d’argent que la CAF lui a envoyé pendant une certaine période.

À lire L’APL de la CAF c’est bientôt fini, cette nouvelle aide va la remplacer ?

L’organisme donne tout de même une chance aux personnes, qui se sont honnêtement trompées, de rembourser le trop-perçu. Mais dans certains cas, la fraude est flagrante !

Notamment pour ce couple qui a profité du RSA pendant deux ans alors que les deux travaillaient. Dans ces moments-là, il n’y a pas de doute. Une enquête est ainsi lancée et si la fraude est avérée, les escrocs le payent très cher !

Sur son site, la CAF explique qu’en fonction de la gravité des faits, elle prend les mesures nécessaires avec ses allocataires. D’abord, un avertissement est envoyé.

Ensuite, il y a aussi une pénalité financière. Cette amende peut aller de 125 euros à 29 328 euros ! Rien que ça. Enfin, pour les cas les plus graves, la CAF porte tout simplement plainte auprès du procureur. Enfin, le fraudeur risque aussi une peine de prison !

À lire CAF: pas de prime d’activité si vous dépassez ces revenus