Retraite: les 3 hausses de pensions prévues entre septembre 2024 et janvier 2025

Quelles sont ces 3 hausses qui attendent les retraités fin 2024 / début 2025 et qui vont booster leur pouvoir d'achat de manière notable ?

© Retraite: les 3 hausses de pensions prévues entre septembre 2024 et janvier 2025

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

L’inflation a durement affecté le portefeuille de nombreux Français depuis 2022. Heureusement, pour les retraités, il existe le dispositif de hausse annuelle des pensions de retraite de base. Les retraités peuvent, en effet, s’attendre à trois hausses essentielles de leurs pensions à la fin de 2024 et au début de 2025.

Malgré le tohu-bohu politique que les élections législatives anticipées a généré, certaines hausses de retraite, déjà programmées, ne seront pas supprimées. Quels sont donc ces changements ?

Quelles sont les hausses à venir pour les retraites ?

Des millions de retraités français verront leur pension augmenter dans les mois à venir. Une hausse moyenne de 50 euros a déjà été appliquée à 500. 000 retraites le 9 octobre dernier.

À lire Cette grosse amende si vous faites pipi dans l’eau dans cette station balnéaire très connue

Des ajustements toucheront donc plusieurs millions de retraités à travers la France. Ce qui leur apportera un soutien financier évident. Voici les détails des trois principales hausses prévues.

1. Septembre 2024 : augmentation du minimum contributif

Un an après une première hausse, le minimum contributif fera l’objet d’une augmentation septembre 2024. En octobre 2023, environ 500. 000 petites retraites ont bénéficié d’une hausse moyenne de 50 euros.

Ce chiffre reste cependant loin de l’objectif initial. En effet, il s’agit d’une hausse pouvant atteindre 100 euros par mois pour 1,7 à 1,8 million de personnes.

La Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) a confirmé que cette augmentation serait effective au plus tard en septembre 2024.

À lire CAF: ces gros changements sur les aides sociales avec la solidarité à la source

Les retraités en question recevront alors :

– Une compensation rétroactive depuis le 1ᵉʳ septembre 2023
– Un courrier durant l’été 2024 qui détaillera le montant de la hausse et celui du rattrapage

Renaud Villard, directeur général de la Cnav, a affirmé en mars dernier qu’aucun retard n’était prévu. Et, Régis Mezzasalma de la CGT reste optimiste, bien que conscient des possibles difficultés d’implémentation.

2. Novembre 2024 : ajustement de la pension de retraite complémentaire Agirc-Arrco selon l’inflation

Tous les ans, les retraites complémentaires Agirc-Arrco font l’objet d’une évolution en novembre selon celle des prix à la consommationChèque énergie: tout savoir pour utiliser cette aide de 277 euros pour sa facture EDF.

À lire LEP: 12 millions de Français vont perdre beaucoup d’argent à cause du nouveau taux

L’accord que syndicats et patronat ont signé stipule alors que cette hausse sera alignée sur l’inflation annuelle, moins un facteur de soutenabilité de 0,40 point.

Ainsi, selon cet accord, pour les années 2024, 2025 et 2026, la valeur du point sera ajustée chaque 1ᵉʳ novembre en fonction de l’inflation hors tabac pour l’année en cours, diminuée de ce facteur de soutenabilité de 0,40 point.

Les prévisions de la Banque de France indiquent une inflation de 2,5 % pour 2024. Par conséquent, les pensions de retraite complémentaire Agirc-Arrco devraient grimper de plus de 2 % en novembre 2024.

Une hausse qui interviendra, après des hausses de 4,9 % en 2023 et de 5,12 % en 2022.

À lire AAH: la liste complète des avantages de toucher cette allocation CAF

3. Janvier 2025 : hausse des pensions de base selon le taux d’inflation

Les pensions de retraite de base feront l’objet d’une hausse au mois de janvier 2025. Et ce, conformément à la loi, qui impose une indexation sur l’inflation.

Cette hausse annuelle se calcule en fonction de l’inflation, hors tabac, sur les 12 derniers mois. Et la mesure prendra fin en octobre 2024.

Le Premier ministre, Gabriel Attal, a récemment affirmé a nouveau cet engagement. Ce dernier a alors garanti que les pensions ne feront pas l’objet d’une sous-indexation malgré le contexte électoral.

Malgré ces évolutions, les divergences persistent entre les différents partis politiques en ce qui concerne l’âge de départ à la retraite.

À lire Il part faire une randonnée à vélo et finit avec une énorme cloque à la main

Ainsi, les élections législatives pourraient apporter des modifications notables à la réforme.

Le Nouveau Front populaire envisage d’abroger la réforme actuelle et de rétablir l’âge de départ à la retraite à 64 ans.

Du côté du Rassemblement National, on propose un âge légal de départ à la retraite de 60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans, et de 62 ans pour les autres, à condition d’avoir accumulé 42 annuités.