CAF: toucher jusqu’à 635 euros d’aides chaque mois sans rien faire

Dans quelques mois, la CAF va expérimenter un nouveau mode de fonctionnement. En effet, l'organisme va proposer des aides automatisées.

© CAF: toucher jusqu'à 635 euros d'aides chaque mois sans rien faire

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Si vous rêviez de recevoir vos allocations de la CAF sans rien n’avoir à faire, alors vous êtes au bon endroit. Dans les prochains mois, les Français pourront toucher jusqu’à 635 euro de façon automatique.

La CAF lutte contre le non-recours

Depuis le début de l’année, l’objectif de la CAF est de simplifier les démarches administratives. Mais aussi de réduire les délais et les erreurs.

Chaque année, des milliards d’euros d’aides sociales ne se voient pas réclamés en France. La CAF souligne l’importance de faire une demande pour recevoir ces aides, tout en reconnaissant la nécessité d’améliorer la gestion des aides sociales.

À lire Code de la route: des nouveautés à prévoir pour les conducteurs seniors ?

Les citoyens rencontrent donc ainsi très souvent des difficultés à comprendre le fonctionnement des versements. D’ailleurs, en 2023, dix milliards d’euros d’aides ont été non-réclamés.

Le creusement des inégalités sociales se fait de plus en plus sentir. Malgré les efforts de la CAF pour aider les Français, le phénomène du non-recours reste préoccupant.

Certaines prestations sociales, versées ou attribuées par des organismes comme la CAF ou Pôle Emploi, ne sont parfois pas réclamées. Pourtant, un Français sur trois pourrait en bénéficier.

Ce phénomène, qui n’est pas nouveau, concerne aussi bien les aides financières. Comme les allocations, que les aides non financières, telles que les services à la personne.

À lire CAF: qui va toucher cette aide de 953 euros bientôt versée ?

Lutter contre ce phénomène qui dure

Le non-recours aux aides sociales est un problème préoccupant, qui relève la complexité et l’opacité du système actuel. Dans ce labyrinthe de prestations, de nombreux Français se perdent et renoncent ainsi à des soutiens précieux.

Pour répondre à cette situation, l’État prépare une réforme majeure visant à transformer le paysage des aides sociales. Cette initiative, vue par certains comme une simplification nécessaire, suscite aussi des inquiétudes.

Le non-recours touche de nombreux bénéficiaires potentiels, avec jusqu’à 30 % des personnes éligibles qui ne réclament pas certaines aides. Comme le RSA, où le taux de non-recours atteint 34 %.

Pour remédier à cela, le gouvernement lance une stratégie innovante : la solidarité à la source. Cette réforme vise à simplifier l’accès aux aides sociales et à réduire les fraudes.

À lire Allocation chômage: calculer facilement le montant que vous allez toucher

En 2022, la CAF a détecté 48 692 cas de fraude, représentant 351 millions d’euros détournés. Cela souligne l’urgence de réformer le système pour garantir une meilleure distribution des aides.

Des aides de la CAF sans rien faire

Catherine Vautrin a récemment souligné la difficulté des procédures administratives actuelles. Elles dissuadent de nombreux Français de demander des aides importantes, pouvant atteindre 635 euros.

En simplifiant l’accès aux aides sociales, la CAF espère réduire le taux de non-recours et améliorer la vie de ceux qui ne reçoivent actuellement aucune aide. En effet, la CAF a décidé d’introduire un système de versement automatique des aides.

Ce dernier sera ainsi disponible dès le 1ᵉʳ octobre 2024. Il vise à simplifier l’accès aux aides en utilisant les informations déjà détenues par les institutions pour calculer et verser les aides directement.

À lire Récupérer facilement votre chèque énergie jusqu’à 277 euros en 2024

Le versement automatique des aides sociales est d’ailleurs une des promesses du mandat d’Emmanuel Macron. Elle va donc pouvoir profiter aux personnes ayant déjà reçu des aides comme l’APL, la prime d’activité ou le RSA.

Pour le moment, un foyer sur cinq ignore qu’il pourrait recevoir ces aides ou ne fait pas la démarche pour les obtenir. Cette mesure pourrait donc considérablement la vie de nombreux allocataires Français.

Après une phase de tests dans cinq régions, cette initiative se verra donc étendue à tout le pays.