La taxe foncière explose dans ces départements, les propriétaires furieux

La facture de la taxe foncière s'alourdit encore en cette année 2024, surtout dans certains départements. Voici lesquels.

© La taxe foncière explose dans ces départements, les propriétaires furieux

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Les propriétaires d’un bien immobilier ont encore du souci à se faire ! En effet, la taxe foncière, qui a flambé de 9 % en moyenne en 2023, continue à augmenter.

Alors qu’en 2024, cette taxe subit une hausse de 3,9 % en raison de l’inflation, certaines collectivités ont opté pour une hausse supplémentaire. Certaines communes ont donc déjà pris cette décision, annonçant alors de nouvelles hausses de la taxe foncière.

Quelques chiffres sur la taxe foncière

La taxe foncière fait partie des impôts locaux à payer une fois par an. Elle s’adresse à l’ensemble des propriétaires d’un bien immobilier.

À lire Livret A: cette hausse inattendue qui va faire plaisir aux 56 millions d’épargnants

Cet impôt local se calcule en se basant sur la valeur locative du logement. C’est-à-dire sur le niveau de loyer annuel théorique que la propriété en question pourrait produire si elle était en location.

Puis, l’administration fiscale applique un pourcentage d’imposition, que les collectivités locales (les communes essentiellement) votent.

Depuis la loi n°2017-1837 des finances pour 2018 du 30 décembre 2017, les valeurs locatives cadastrales font l’objet d’une hausse, chaque année, en tenant compte de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) que l’INSEE publie au mois de novembre précédent la taxation.

En dehors de la hausse des valeurs cadastrales, que le Parlement a donc voté, et sur laquelle les collectivités territoriales n’ont aucun pouvoir, les communes et les intercommunalités décident donc, de fixer leurs taux d’imposition.

À lire Facture d’électricité: elle va encore augmenter à cause de ces frais hallucinants

Certaines communes, qui n’avaient pas augmenté leur taux d’imposition en 2023, n’ont, semble-t-il, pas eu le choix cette année.

Pour mémoire, entre 2022 et 2023, la taxe foncière sur les propriétés bâties a augmenté de 10,8 %.

Selon les chiffres de la Direction Générale des Finances Publiques, les taxes foncières qui ont le plus augmenté sont celles des appartements. En effet, la DGFiP a révélé, ce mardi, une hausse de 12,5 %.

Quant à la taxe foncière sur les maisons, elle, a augmenté de 9,6 % sur un an. En ce qui concerne les autres locaux d’habitation et autres dépendances, leur taxe a augmenté de 10,9 %.

À lire CAF: ces français qui vont toucher une aide de 635 euros sans faire aucune demande

Les chiffres de la DGFiP affiche aussi que la taxe foncière sur les maisons a dépassé le cap des 1. 000 euros. En effet, l’administration fiscale l’estime à 1. 019 euros alors qu’elle a évalué la taxe sur les appartements à 811 euros.

Quelles sont, selon l’administration fiscale, les régions où la taxe a le plus augmenté ?

Les chiffres de la taxe d’habitation mettent en évidence que « la taxe foncière par mètre carré est en hausse dans la quasi-totalité des collectivités locales ».

D’ailleurs, en 2023, pour augmenter leur budget, environ 15 % des communes françaises avaient, en effet, déjà augmenté la taxe foncière de près de 32 millions de propriétaires. Selon les statistiques de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI), cet impôt avait augmenté, en moyenne, de 9,3 % entre 2022 et 2023 dans les 200 plus grandes communes du pays.

Ainsi, en cette année 2024, la DGFiP annonce que les hausses les plus importantes de la taxe foncière se concentrent, plutôt, dans les métropoles.

À lire Ce virement versé par l’État à des millions de Français et sa date sur votre compte en banque

En Île-de-France, dans le quart sud-est du pays et en Martinique. Dans l’Île-de-France, la hausse de la taxe foncière a d’ailleurs frappé de plein fouet… Le Val-d’Oise, l’Essonne, les Yvelines et le Val-de-Marne. En effet, les montants moyens y dépassent 1 200 euros par habitation.

En revanche, ce sont les départements de l’est de la France qui connaissent les hausses les plus basses. C’est le cas dans les départements de l’Indre, la Vendée, la Creuse et la Haute-Saône.