Chèque énergie: ces français qui peuvent avoir une seconde chance de toucher jusqu’à 277 euros

Le chèque énergie a fait son retour au mois d'avril. Touché par des millions de Français, ce dernier a pu échapper à certaines personnes.

© Chèque énergie: ces français qui peuvent avoir une seconde chance de toucher jusqu'à 277 euros

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Cette année, des millions de Français ont eu la chance de recevoir le chèque énergie. Mais, sachez qu’en cas d’oubli, le gouvernement se rattrape en proposant un recours.

Le chèque énergie fait des heureux

Avec la montée des tarifs de l’énergie, du gaz et de l’électricité, le chèque énergie devient de plus en plus crucial. Il offre un soulagement bienvenu aux budgets énergétiques.

Depuis plusieurs années, ce précieux chèque soulage donc le fardeau financier des ménages à faibles revenus. Cela leur permet de consacrer leurs ressources à d’autres nécessités telles que l’alimentation, l’éducation, les soins de santé et le logement.

À lire LEP: très mauvaise nouvelle pour 11 millions de français qui vont perdre de l’argent

Cette initiative gouvernementale vise ainsi à combattre la précarité en apportant un soutien direct aux dépenses énergétiques des foyers modestes. Tout en contribuant à garantir un niveau de vie décent pour tous.

Les critères d’admissibilité reposent sur la composition du ménage et les revenus fiscaux de référence. Avec des montants variant selon le nombre de personnes dans le foyer et le revenu annuel.

D’ailleurs, sachez qu’aucune démarche nécessaire. Contrairement à d’autres formes d’aide sociale, aucune démarche n’est requise pour bénéficier du chèque énergie.

Des démarches simplifiées

En effet, depuis toujours, c’est l’administration fiscale qui détermine automatiquement l’admissibilité des bénéficiaires potentiels. C’est aussi lui qui envoie le chèque par courrier au domicile des familles concernées.

À lire RSA: qui va toucher cette aide majorée ? Les Français concernés

Des discussions en début d’année ont soulevé la possibilité d’une augmentation du montant du chèque énergie. Ce débat a d’ailleurs reçu un soutien de la part des associations telles que la Fondation Abbé Pierre, l’association CLVC et la CFDT.

En France, sachez que ce chèque peut être utilisé de diverses manières. Y compris pour payer les factures d’énergie aux fournisseurs ou pour financer des travaux de rénovation énergétique.

Il se veut donc important de respecter la date limite d’utilisation, fixée au 31 mars pour les chèques reçus en 2023. Les envois des chèques énergie ont débuté le 2 avril, département par département, sans nécessité de démarche pour les recevoir.

Cependant, cette année, certains ménages éligibles pourraient ne pas avoir reçu leur chèque. Le gouvernement a donc envisagé des solutions pour ceux qui ont fait l’objet d’un oubli.

À lire CAF: qui va toucher cette aide de 200 euros pour se former à ce métier ?

Le gouvernement prêt à donner une deuxième chance au chèque énergie

Cette année encore, certains ménages n’ont pas reçu automatiquement leur chèque énergie en avril. Ces derniers vont avoir la possibilité de réclamer cette aide en juillet.

En effet, un décret concernant le chèque énergie a été publié au Journal officiel le dimanche 5 mai 2024. Ce décret précise les conditions pour que les foyers injustement privés de cette aide en avril puissent la recevoir.

Le chèque énergie a fait l’objet d’un versement automatique en avril à 5,6 millions de ménages à revenus modestes pour les aider à payer leurs factures d’énergie. Cependant, la taxe d’habitation sur la résidence principale a disparu fin 2022.

Cela a donc rendu impossible le calcul du chèque énergie pour 2024. Pour pallier cette perte, le gouvernement a décidé de verser cette aide aux foyers qui l’ont déjà reçue l’année précédente pour les revenus de 2021.

À lire Électricité: ces changements sur les heures creuses qui agacent déjà tous les Français

Les bénéficiaires qui n’ont rien reçu vont donc devoir en faire la demande à partir de juillet sur le site chequenergie.gouv.fr. Ou par téléphone au 0 805 204 805, en fournissant les justificatifs nécessaires par courrier.

Cette démarche pourrait poser un problème à ceux ayant des difficultés avec internet ou les démarches administratives. Le risque de non-recours pourrait aussi mettre le gouvernement dans l’embarras.