Elle ment à la CAF et encaisse 80 000 euros de RSA alors qu’elle vit à l’étranger

Un autre cas de fraude. Une famille arnaque la CAF et réussit à toucher plus de 80 000 euros d'aides sans même vivre en France !

© Elle ment à la CAF et encaisse 80 000 euros de RSA alors qu’elle vit à l'étranger

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Les fraudes aux aides sociales se multiplient. Une famille arnaque la CAF et profite de 80 000 euros d’aides sans même vivre en France.

Nouvelle arnaque à la CAF

Ces dernières années, la CAF doit faire face à de nombreux cas de fraudes. En effet, les arnaques se multiplient. Et certains allocataires d’aides sociales les touchent sans y avoir droit !

Les fraudes à la CAF n’ont rien de nouveau. En effet, ça fait déjà plusieurs années que le gouvernement se bat pour les combattre. Pour cela, les organismes d’aides sociales ont mis en place de nombreux contrôles.

À lire Alerte info: mauvaise nouvelle 2 millions de Français vont devoir changer d’adresse

Malgré cela, certains arrivent à passer entre les mailles du filet. Il y a quelques mois, Europe 1 relatait un nouveau cas de fraude aux aides sociales de la CAF.

Une famille a arnaqué l’organisme pendant des années. Il s’agit d’un couple avec 4 enfants qui a touché près de 550 euros de RSA par mois sur plusieurs années. Le problème et que durant cinq ans, la famille a bénéficié d’aides sociales auxquelles elle n’avait pas droit.

En effet, les parents et leurs enfants ont quitté la France pour s’installer en Algérie il y a quelques années. Et ils n’ont pas informé la CAF de ce déménagement. Pensant que la famille était toujours en France, l’organisme a continué à verser les aides sociales.

Démasqué suite à cette arnaque, le couple s’est retrouvé devant le juge pour rendre compte de ses actes. Le père, qui serait très malade, a confié qu’il n’avait pas conscience que c’était aussi grave.

À lire Retraite Agirc-Arrco: mauvaise nouvelle confirmée pour les virements de juin

« Je l’ai fait pour mes enfants. Je n’avais pas le choix. » a-t-il ajouté. D’ailleurs, le père de famille faisait souvent des allers-retours entre la France et l’Algérie.

Démasqué suite à un contrôle

C’est à la suite d’un contrôle classique que la CAF a découvert l’arnaque du couple. En effet, l’organisme des allocations familiales a fini par découvrir la fraude.

D’un autre côté, l’Éducation nationale n’a pas effectué de contrôle concernant les enfants. Si un contrôle avait eu lieu, le gouvernement aurait pu découvrir que les enfants n’étaient pas scolarisés en France.

Une nouvelle preuve que la famille ne vivait pas en France. Le couple de fraudeurs n’allait pas s’en sortir comme ça avec cette arnaque. En effet, il doit désormais rembourser tout ce qu’il a touché pendant ces 5 années.

À lire Chèque énergie: la date officielle de réclamation si vous ne l’avez pas reçu

De plus, le « vice-procureur a finalement requis une peine de 3 à 4 années de prison avec sursis «  précise Europe 1. Charles Prats explique que ce genre d’arnaque CAF s’appelle « fraude à la résidence ».

« Des gens qui ne vivent pas en France, continuent de percevoir des allocations. Ici, c’était le RSA et des allocations diverses mais vous avez la même chose avec les allocations chômage » explique l’expert.

Il a ajouté qu’il y avait aussi des arnaques sur le remboursement des soins de santé. « Des gens qui ne vivent plus en France. Et qui continuent à bénéficier de manière illégale de toutes ces prestations sociales. » ajoute-t-il.

Mais grâce aux contrôles, les fraudeurs sont démasqués plus rapidement. « Il y a eu des progrès réalisés par les services de contrôle. Mais on a plus de 75 millions d’assurés sociaux pris en charge en France pour 67 millions d’habitants ». « Tous ces gens à l’étranger qui ne sont pas recensés par l’Insee comme vivant en France posent un problème »  a-t-il expliqué.

À lire Automobilistes: cette priorité trop souvent oubliée qui coute 135 euros d’amende

Pour rappel, pour une fraude à la CAF vous risquez jusqu’à 5 ans de prison et 375 000 euros d’amende !