Permis de conduire: ce nouveau changement énerve beaucoup les auto-écoles

Le permis de conduire est sujet à de nombreux changements. Et cela implique aussi une adaptabilité de la part des auto-écoles en France.

© Permis de conduire ce nouveau changement énerve beaucoup les auto-écoles

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

En France, la réforme du permis de conduire est bel et bien entrée en application depuis le 1ᵉʳ janvier 2024. D’ailleurs, certains changements ne sont pas évidents pour les auto-écoles.

Le permis de conduire évolue pour 2024

Après plusieurs mois de débats incessants entre Elisabeth Borne et le gouvernement, l’heure est venue, pour les futurs détenteurs du permis de conduire, de pouvoir profiter de la réforme. Il faut dire que cette dernière leur sera favorable.

En effet, après de longs mois d’attente, le décret mettant en œuvre l’une des mesures phares du « Plan interministériel sur la jeunesse » de la Première ministre est en place. Mais alors, concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ?

À lire Retraite Agirc-Arrco: mauvaise nouvelle confirmée pour les virements de juin

Désormais, l’accès à la conduite se fait dès l’âge de 17 ans. La date d’application de la loi a fait l’objet d’une fixation au 1ᵉʳ janvier 2024, ce qui veut dire que cela s’applique à présent à tous.

Autrement dit, depuis cette échéance, il est possible de conduire une voiture seul à 17 ans. Mais alors, quelles sont les conditions d’éligibilité au permis de conduire à 17 ans ?

Les conditions d’éligibilité au permis à 17 ans sont les mêmes que celles s’appliquant aux candidats âgés de 18 ans ou plus et aux candidats à l’apprentissage anticipé à la conduite (AAC) ou conduite accompagnée. En effet, il faut être Français et résider sur le territoire.

Les conditions pour passer l’examen à 17 ans

Ensuite, il faut posséder l’attestation de sécurité routière ASSR ou ASR pour les candidats de moins de 21 ans. Les Français doivent aussi avoir un certificat de participation à la journée Défense et citoyenneté (ou attestation provisoire de situation pour le service national) ; Ne pas avoir un problème de santé qui empêcherait la conduite en toute sécurité.

À lire Chèque énergie: la date officielle de réclamation si vous ne l’avez pas reçu

Le permis à 17 ans concerne ainsi tous les jeunes qui ont fêté leur 17ᵉ anniversaire depuis le 1ᵉʳ janvier 2024. Et bien sûr, ceux qui ont déjà soufflé leurs dix-sept ans.

De plus, le permis à 17 ans est disponible pour les élèves en formation classique. En France, vous pouvez vous former à conduire à partir de 16 ans.

Vous pourrez donc passer votre permis à partir de 17 ans et conduire seul à partir de 17 ans. En conduite accompagnée, il se veut aussi possible de se former à partir de 15 ans, passer son permis à 17 ans et conduire seul à partir de 17 ans.

Selon la Délégation à la Sécurité Routière, les règles qui régissent la conduite accompagnée se veulent amenées à évoluer dans les prochains mois. L’objectif de ces futurs changements est multiple.

À lire Automobilistes: cette priorité trop souvent oubliée qui coute 135 euros d’amende

Le gouvernement souhaite maintenir l’attractivité de la formation AAC. Depuis le 1ᵉʳ janvier 2024, les élèves en conduite accompagnée, ayant obtenu leur examen avant l’âge de 18 ans, mais n’ayant pas encore atteint la majorité au 31 décembre 2023, peuvent demander ce titre.

Ce changement fait grincer des dents les auto-écoles

Vous l’aurez donc compris, à partir de ce mois de janvier, les jeunes qui viennent d’atteindre l’âge de 17 ans auront désormais la possibilité de se présenter à l’examen pour obtenir leur permis de conduire. Une fois cet important document en poche, ils seront autorisés à prendre le volant en toute liberté.

Auparavant, l’âge minimal était fixé à 18 ans. Cette annonce devrait réjouir ceux qui sont impatients de conduire de manière autonome.

Cette mesure est particulièrement soutenue par Elisabeth Borne. Comme elle l’a souligné lors d’un discours, elle s’est dite sensible aux préoccupations liées à l’accessibilité limitée des transports en commun dans certaines régions isolées.

À lire RSA: tout savoir pour obtenir cette aide CAF en 2024

Cependant, les auto-écoles ont exprimé leurs inquiétudes quant aux risques associés à cette nouvelle disposition pour le permis de conduire. Notamment dans un communiqué officiel de Patrick Mirouse, le responsable de l’École de conduite française (EFC).

Ce dernier a ainsi déclaré : « Nous avons reçu de nombreuses demandes à la fin de l’année. Mais pour le moment, il n’y a pas de raz de marée. Il reste à voir ce qui se passera pour le prochain semestre ». Un discours qui fait donc écho aux auto-écoles.

En effet, les auto-écoles redoutent également une augmentation des accidents sur les routes en raison de cette nouvelle mesure. Le directeur a voulu être très clair à ce sujet.

« Nous avions demandé une formation obligatoire pour les jeunes conducteurs après l’obtention du permis. Afin d’encourager et d’avertir les jeunes conducteurs sur les comportements à risque. Et les dangers routiers », a-t-il souligné. « Malheureusement, notre demande est restée sans réponse », a-t-il conclu.

À lire AAH: ces nouvelles mesures ne vont pas plaire à tous les allocataires