Augmentation AAH: 3 astuces pour avoir une hausse de l’aide de la CAF pour les seniors

L'AAH est une allocation qui permet de toucher un complément de la CAF. D'ailleurs, les seniors peuvent toucher une somme plus intéressante.

© Augmentation AAH 3 astuces pour avoir une hausse de l'aide de la CAF pour les seniors

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Chaque mois, la CAF verse l’AAH. Une Allocation aux adultes handicapés qui vient en aide aux Français malades, mais aussi aux seniors, qui peuvent en bénéficier sous condition.

L’AAH, une aide pour les Français

L’allocation adultes handicapés, aussi appelée AAH, est une aide financière, qui se voit versée par la CAF. Elle permet d’assurer un minimum de ressources aux personnes en situation de handicap ou atteintes d’une maladie chronique.

Cette allocation se voit donc versée dès lors que leur condition les empêche de travailler normalement. Et ainsi de gagner convenablement leur vie.

À lire Pension retraite: la date officielle de la hausse en 2024, les Français concernés

L’allocation adulte handicapé se veut donc attribuée à condition qu’elles remplissent certains critères d’incapacité. En 2023, le montant de l’AAH a fait l’objet d’une revalorisation, à hauteur de 1,6 % au 1ᵉʳ avril.

Ainsi, pour une personne seule et sans ressources, cette aide de la CAF passe ainsi de 956,65 euros à 971,37 euros. Au total, 1,2 million de personnes bénéficient de cette prestation sociale, dont 270 000 personnes en couple.

Développée en 1975, cette aide se voit attribuée en fonction de critères d’incapacité, d’âge, de résidence et de ressources. C’est la Commission des Droits et de l’autonomie des Personnes Handicapées qui décide si elle est accordée ou non.

D’ailleurs, il y a plusieurs conditions à respecter pour la percevoir La première condition d’attribution est de se voir reconnu comme handicapé. Vous devez être atteint d’un certain taux d’incapacité, qui correspond à la sévérité de votre handicap, et ainsi être reconnu comme handicapé par la CDAPH.

À lire CAF: plus besoin de faire la demande pour toucher ces aides et allocations

Des critères d’attribution qui changent

Depuis le 1ᵉʳ octobre 2023, la déconjugalisation de l’AAH va entrer en application. Il s’agit d’un changement dans la manière dont l’allocation se veut calculée pour les bénéficiaires en couple.

Jusqu’alors, les ressources du conjoint du bénéficiaire se voulaient prises en compte dans le calcul de l’AAH. Avec la déconjugalisation, ces ressources ne se voudront plus considérées.

En effet, l’avantage de cette réforme est de permettre aux personnes en situation de handicap d’accéder à une plus grande indépendance financière. Elles ne se verront plus pénalisées en fonction des revenus de leur conjoint.

De nombreux allocataires vont donc pouvoir voir leur allocation augmenter. Désormais, le calcul de l’AAH se voudra simplifié, car il ne tiendra compte que des ressources du bénéficiaire.

À lire Le montant du revenu minimum pour vivre heureux en France selon l’INSEE

Une allocation pour les seniors

Grâce à cette réforme, les personnes qui n’étaient pas éligibles à l’aide en raison des revenus de leur conjoint, pourront avoir accès à cette allocation. Environ 120 000 personnes handicapées qui vivent en couple verront leur allocation augmenter de 350 € par mois.

L’AAH ne concerne pas uniquement les Français actifs. En effet, les personnes seniors et les retraités peuvent également la percevoir chaque mois.

Qu’il s’agisse de la CAF ou la MSA, vous pouvez en profiter si vous respectez les conditions. Les critères d’éligibilité incluent un taux d’incapacité permanente d’au moins 80 %. Cependant, ceux ayant un taux d’incapacité entre 50 % et 79 % peuvent aussi être éligibles s’ils rencontrent des difficultés substantielles d’accès à l’emploi en raison de leur handicap.

Les ressources du foyer demandeur, les allocations et autres aides se veulent aussi prises en compte. Elles ne doivent pas dépasser un plafond déterminé annuellement. Le montant de l’AAH varie aussi en fonction de la situation familiale de la personne.

À lire Aides et allocations CAF: gros changement sur les versements

En revanche, il n’est pas possible de cumuler l’AAH et l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS). Quant à la période de la retraite, le maintien de l’AAH dépend du taux d’incapacité : il doit être d’au moins 80 %.