Prime chauffage: tout savoir pour toucher cette aide entre 700 et 5000 euros

En France, la prime chauffage permet de bénéficier d'un coup de pouce de l'État compris entre 700 et 5 000 euros pour se chauffer chez soi !

© Prime chauffage tout savoir pour toucher cette aide entre 700 et 5000 euros

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Parmi les aides de l’État, il y a la prime chauffage. Cette dernière permet de bénéficier d’une aide comprise entre 700 et 5 000 euros pour vos dépenses énergétiques.

Une prime chauffage qui est la bienvenue

En France, la prime de chauffage fait ainsi référence à différentes aides financières destinées à soutenir les ménages dans leurs dépenses liées au chauffage. En particulier pour améliorer l’efficacité énergétique des logements.

Ces aides utiles visent donc à encourager l’installation d’équipements de chauffage plus économes en énergie. Mais aussi à favoriser les travaux de rénovation énergétique, et à réduire la précarité énergétique.

À lire CAF: le montant exceptionnel de la prime d’activité après la dernière hausse

Il existe ainsi plusieurs types de primes et d’aides en France. Parmi la plus connue, on peut parler de la Prime énergie, un aide financière accordée aux particuliers entreprenant des travaux de rénovation énergétique.

Cette prime est donc souvent proposée par des fournisseurs d’énergie et dépend des économies d’énergie générées par les travaux. On peut également parler du Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE).

Ce dernier a été transformé en prime en 2020, mais il reste un dispositif d’aide pour les travaux d’amélioration énergétique dans le logement principal. Parmi les aides pour la prime chauffage, on peut aussi parler de l’aide de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH).

Cette dernière propose ainsi des subventions aux propriétaires occupants modestes et aux propriétaires bailleurs qui réalisent des travaux visant à améliorer la performance énergétique de leur logement. Enfin, il y a aussi les aides des collectivités locales.

À lire CAF: la liste complète des aides sociales selon le nombre d’enfants à charge

Les modalités pour bénéficier de ce coup de pouce

À compter du 1ᵉʳ janvier 2024, les critères d’éligibilité des certificats d’économies d’énergie changent. Les Français pourront ainsi bénéficier d’une nouvelle prime chauffage allant de 700 euros à 5 000 euros pour une installation moins énergivore.

Cette prime appelée Coup de pouce chauffage dispose de nouveaux critères d’éligibilité. Ainsi, cette dernière concerne, en priorité, les personnes qui souhaitent remplacer leur chauffage actuel par une installation moins énergivore.

La prime coup de pouce chauffage consiste en une aide financière pour le remplacement d’une chaudière au charbon, au gaz ou au fioul. Son remplacement doit se voir effectué au profit d’une nouvelle installation moins énergivore.

Si vous envisagez d’installer une chaudière biomasse performante, une pompe à chaleur air/eau, une pompe à chaleur eau/eau (pompe à chaleur géothermique) ou encore une pompe à chaleur hybride, alors vous êtes concernés.

À lire Permis de conduire: les seniors bientôt contraints de le repasser ?

Se veulent également concernés celles et ceux qui envisagent d’installer un système solaire combiné, un raccordement à un réseau de chaleur alimenté par des énergies renouvelables. Mais aussi un chauffage au bois très performant.

Comment percevoir la prime chauffage ?

La prime chauffage se veut ainsi attribuée par les entreprises qui ont signé les chartes coup de pouce chauffage. Ce sont principalement les fournisseurs d’énergie ou leurs partenaires.

Les travaux doivent donc impérativement se voir réalisés par un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE). De plus, les bénéficiaires de la prime sont donc aussi bien les propriétaires que les locataires d’une maison individuelle.

Si vous êtes locataire, le propriétaire doit autoriser les travaux que vous souhaitez entreprendre. Cependant, il faut noter que le montant de la prime « diffère selon la nature des travaux que vous souhaitez entreprendre. Et selon que vous vous voyez considérés ou non comme un ménage aux revenus modestes », précise le gouvernement.

À lire Automobilistes: une amende de 135 euros si vous avez cet équipement très utile dans votre voiture

De plus, les revenus retenus sont les revenus fiscaux de référence de l’année N-2. Dans le cas où le demandeur engage la démarche pour sa résidence principale, le logement doit alors se voir occupé au moins huit mois par an.

Comme le veut le gouvernement, le prime est accessible à tous les ménages. Néanmoins, les ménages à revenus modestes sont dans le viseur du gouvernement et se veulent prioritaires.