Une famille touche 80 000 euros de RSA illégalement alors qu’elle ne vit plus en France

Une famille a arnaqué la CAF et a touché plus de 80 000 euros de RSA alors qu'elle ne vivait plus en France !

© Une famille touche 80 000 euros de RSA illégalement alors qu'elle ne vit plus en France

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Tous les mois, de nombreux bénéficiaires peuvent bénéficier du RSA. Il s’agit d’une aide versée par la CAF qui permet aux Français d’avoir un niveau de revenu minium pour pouvoir vivre. Mais parfois, certaines dérives ont lieu.

La fraude d’une famille au RSA

Les personnes qui ont des revenus modestes peuvent prétendre au RSA. Mais pour pouvoir toucher cette aide, il y a une règle indispensable que vous devez respecter. En effet, vous devez à tout prix vivre en France de manière stable et effective.

Malheureusement, certains bénéficiaires ne respectent pas cette règle et trouvent la façon de frauder la CAF. Nos confrères d’Europe 1 ont notamment dévoilé l’histoire d’une femme qui a escroqué la Caisse d’Allocations familiales.

À lire Livret A: cette hausse inattendue qui va faire plaisir aux 56 millions d’épargnants

Le média a rapporté qu’un couple avec quatre enfants a bénéficié du RSA en plus d’autres allocations durant une période de cinq ans. En revanche, les parents n’avaient pas le droit de toucher de cette aide.

La raison ? Le couple a quitté la France pour s’installer en Algérie. Comme la CAF le rappelle, les bénéficiaires des aides doivent à tout prix alerter en cas d’un changement de situation.

La famille n’a pas indiqué qu’elle avait quitté la France pour l’Algérie et a continué à toucher le RSA ainsi que d’autres aides. Les contrôleurs ont fini par découvrir cette arnaque du couple.

« Je l’ai fait pour mes enfants »

Les parents ont dû se justifier devant le tribunal après cette escroquerie au RSA. Le père a alors révélé : « Je n’avais pas conscience que c’était aussi grave. Je l’ai fait pour mes enfants. Je n’avais pas le choix« .

À lire Facture d’électricité: elle va encore augmenter à cause de ces frais hallucinants

De plus, il a révélé qu’il faisait toujours des allers-retours entre la France et l’Algérie. Mais la CAF a rappelé qu’il fallait résider en France de façon stable pour pouvoir continuer à percevoir les aides.

Ainsi, le couple ne respectait plus les conditions requises pour pouvoir bénéficier du RSA. En revanche, cette fraude aurait pu être découverte bien plus tôt. En effet, il n’y a eu aucun contrôle au niveau de l’Éducation nationale concernant les enfants.

Cela aurait pu permettre au gouvernement de découvrir que les enfants n’étaient plus scolarisés en France depuis plusieurs années déjà. Le tribunal a d’ailleurs condamné le couple à rembourser les sommes perçus ces 5 dernières années.

Europe 1 a aussi indiqué : « Le vice-procureur a finalement requis une peine de 3 à 4 années de prison avec sursis« . Charles Prats, magistrat spécialiste de la fraude sociale, a fait plus de précisions sur cette affaire.

À lire CAF: ces français qui vont toucher une aide de 635 euros sans faire aucune demande

« Il y a eu des progrès réalisés par les services de contrôle »

Il a indiqué : « C’est ce qu’on appelle des fraudes à la résidence. Des gens qui ne vivent pas en France, continuent de percevoir des allocations. Ici, c’était le RSA et des allocations diverses ».

L’expert a aussi souligné : « Mais vous avez la même chose avec les allocations chômage ». Par la suite, il a fait part d’une réalité : « Il y a eu des progrès réalisés par les services de contrôle« .

« Mais on a plus de 75 millions d’assurés sociaux pris en charge en France pour 67 millions d’habitants », a-t-il expliqué. Avant de reconnaître : « Tous ces gens à l’étranger qui ne sont pas recensés par l’Insee comme vivant en France posent un problème ».

Les contrôles pour les bénéficiaires du RSA ou d’autres aides ne sont donc pas si simples. Malgré tout, les contrôleurs redoublent de vigilance pour mettre un terme aux arnaques qui coûtent de grosses sommes d’argent à l’État chaque année.

À lire Ce virement versé par l’État à des millions de Français et sa date sur votre compte en banque