Allocation chômage: ces changements à connaitre pour éviter les mauvaises surprises après le 1er juillet

Le gouvernement prévoit de durcir à partir du 1er juillet les règles d'obtention de l'allocation chômage. Voici les contours.

© Allocation chômage: ces changements à connaitre pour éviter les mauvaises surprises après le 1er juillet

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Le gouvernement planche dessus depuis plusieurs mois. En effet, la réforme de l’assurance chômage qu’il souhaite mettre en place le 1ᵉʳ juillet prochain se précise de plus en plus. Plusieurs pistes se profilent. En effet, le gouvernement compte faire évoluer plusieurs règles d’accès à l’allocation chômage.

Syndicats et patronat s’y opposent déjà.

La réforme de l’assurance chômage se précise !

Le gouvernement a annoncé que l’indemnisation de l’allocation chômage allait se durcir dès le début du mois de juillet 2024.

À lire Aide financière: qui va toucher cette prime de 495 euros ?

L’exécutif compte donc bien reprendre la main après l’échec des négociations entre patronat et syndicats sur l’assurance chômage et l’emploi des seniors.

Le gouvernement de Gabriel Attal décidera donc seuls des nouvelles règles d’indemnisation de l’allocation chômage, qui s’appliqueront dans deux mois.

Plusieurs axes feront alors l’objet de changements. D’abord la réduction de la durée d’indemnisation mais aussi le délai de carence après licenciement.

A l’heure actuelle, lorsqu’un chômeur s’inscrit à France Travail (ex-Pôle emploi) il lui faut souvent attendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant de recevoir une allocation chômage.

À lire Livret A: gagnez encore plus d’argent avec ce placement

Ce délai se calcule en fonction des indemnités de licenciement que le chercheur d’emploi a reçues en quittant son poste.

Aujourd’hui, il est plafonné à six mois. Mais l’un des souhaits du gouvernement est donc de l’allonger afin d’éviter que certains cumulent une indemnité de départ légale et une allocation chômage.

La réduction de la durée d’indemnisation de l’allocation chômage pourrait, elle, passer à 12 mois.

Quelle est la volonté du gouvernement pour l’Allocation chômage ?

Ce durcissement des règles, qui arrive après l’échec des négociations entre le patronat et les syndicats, exprime alors la volonté du gouvernement d’aller au bout de cette réforme de l’assurance chômage. Réforme que ce dernier avait annoncée au mois de mars dernier.

À lire Aides de la CAF bloquées en juin ce que vous devez faire absolument pour les toucher de nouveau

Le Premier ministre, Gabriel Attal, avait alors dénoncé un « système qui s’est organisé pour des multiplications de petits contrats, des contrats courts, entre lesquels on bénéficie du chômage…  « Je travaille quelques mois, je touche le chômage quelques mois… Et je retravaille quelques mois, je touche le chômage«  ».

En repoussant le début des versements de l’allocation chômage … L’exécutif entend pousser le demandeur d’emploi à retrouver plus rapidement un travail.

Pour l’heure, le gouvernement a déclaré, auprès de franceinfo que toutes les options sont sur la table. Ce dernier doit d’ailleurs rencontrer syndicats et patronat dans le courant du mois de mai, dans le cadre d’une consultation.

Mais tout porte à croire que c’est la piste que le gouvernement retiendra.

À lire EuroMillions: ils remportent 166 millions d’euros totalement par hasard

Pour mémoire, dès le début du mois de janvier 2024, et avant même d’attendre la fin des négociations sur l’emploi des seniors, le Premier ministre, Gabriel Attal, avait alors déclaré vouloir « aller plus loin dans la réforme de l’assurance chômage ».

Il y a quelques jours, ce dernier a encore posé trois leviers pour durcir ces règles d’accès à l’allocation chômage. Comme indiqué ci-dessus : Réduire la durée d’indemnisation, réduire son niveau, ou revoir les conditions qui permettent de percevoir le chômage.

Le premier ministre a alors insisté sur le fait que  « les trois possibilités (étaient) ouvertes »... Non sans avouer sa préférence pour durcir la condition d’obtention de l’allocation chômage.