Elle ment à la CAF et touche 55 000 euros d’allocations elle doit finalement tout rembourser

Une femme de famille pensait pouvoir s'en sortir en arnaquant la CAF. Elle doit désormais rembourser 55 000 euros !

© Elle ment à la CAF et touche 55 000 euros d'allocations elle doit finalement tout rembourser

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

En 2022, la Caisse d’allocations familiales (CAF) a versé près de 100 milliards d’euros d’aide. Pourtant, certains bénéficiaires ont fraudé pour toucher une certaine somme d’argent. C’est notamment le cas d’une mère de famille.

Des contrôles pour lutter contre les fraudes

Près de 16 millions d’allocataires remplissent eux-mêmes leurs déclarations pour la CAF. Ainsi, cela permet à l’organisme, grâce à des justificatifs, de leur accorder des aides tous les mois.

En revanche, la Caisse d’allocations familiales engage tout de même certains contrôleurs afin de vérifier si les allocations font preuve d’honnêteté lors de leur déclaration.

À lire La meilleure technique pour exterminer toutes les punaises de lit présentes chez vous

L’organisme le fait d’ailleurs « à l’aide des 700 contrôleurs des CAF et du Service national de lutte contre la fraude à enjeux (SNLFE) que chaque versement de ces fonds publics correspond aux droits des allocataires ».

C’est en tout cas ce que la Caisse des allocations familiales a révélé dans son bilan en 2022. Il peut donc y avoir des « contrôles sur place, des contrôles sur pièces et des contrôles automatisés ».

Cela permet donc à la CAF de découvrir certaines fraudes. Avec les contrôles automatisés, les bénéficiaires sont d’ailleurs surveillés. Et pour cause, Pôle Emploi et les impôts travaillent main dans la main avec la Caisse d’allocations familiales.

Elle arnaque la CAF et perçoit 55 000 euros en trop

La CAF a révélé : « Des organismes, comme Pôle emploi et les impôts, partagent leurs informations avec la CAF, en conformité avec les préconisations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ».

À lire CAF: ces 4 aides peu peuvent vous rapporter gros et beaucoup y ont droit

Une chose est sûre, les contrôles se multiplient pour enfin mettre un terme aux fraudes. Sachez d’ailleurs qu’une nouvelle ligne a vu le jour sur les bulletins de salaire. Elle indique la somme d’argent exacte que vous devrez déclarer à l’organisme.

Ainsi, la CAF veut s’assurer qu’il n’y aura plus d’erreurs de la part des bénéficiaires des aides. De son côté, une femme pensait qu’elle pouvait passer entre les mailles du filet en touchant des aides auxquelles elle n’avait pas droit.

En effet, une mère de famille de 11 enfants et enceinte de jumeaux n’a pas hésité à frauder dans le but de toucher une certaine somme d’argent tous les mois. Pourtant, elle a fait preuve de malhonnêteté lors de ses déclarations.

Et pour cause, lorsqu’elle a rempli certains documents de la CAF, elle a affirmé qu’elle avait la garde de tous ses enfants. Selon ses infos, elle s’occupait toute seule de ses 11 petits. Mais, c’est totalement faux.

À lire Banques: très bonne nouvelle ces frais bancaires supprimés

« Elle en a pour 20 ans de remboursement »

La mère de famille n’a pas précisé que cinq de ses enfants étaient placés en famille d’accueil ou alors vivaient chez leur père. Mais ce n’est pas tout. Elle a menti sur un autre point qui est très important pour l’organisme.

Elle a assuré qu’elle était une femme isolée et célibataire. Or, les contrôleurs ont appris qu’elle vivait avec le père de ses trois derniers enfants et des jumeaux qu’elle attendait.

Durant trois ans, la CAF lui a alors versé 55 000 euros. Et ce, même si elle n’avait pas droit à une telle somme. Les contrôleurs ont ainsi tout découvert sur cette fraude. L’organisme social a déjà commencé à lui prélever 180 mensuels pour qu’elle effectue le remboursement de cette somme.

Elle va devoir rembourser la Caisse d’allocations familiales durant 20 ans. La procureure a d’ailleurs précisé : « En trois ans de prévention, elle en a pour 20 ans de remboursement. C’est complètement fou ».

À lire CAF: cette aide de 200 euros pour vous aider à trouver un job cet été

La procureure avait alors demandé une peine de 3 mois de prison avec sursis et le remboursement de 49 000 euros à la CAF. Une sanction acceptée par le juge.

Divertissons Nous est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :