RSA: ces nouvelles obligations à respecter pour continuer à toucher cette aide de la CAF

De nouvelles règles sont à prendre en compte pour continuer de percevoir le RSA. En cas de non-respect, vous ne pourrez plus y prétendre.

© RSA ces nouvelles obligations à respecter pour continuer à toucher cette aide de la CAF

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

En France, le RSA permet aux Français de joindre les deux bouts, en touchant un revenu minimum pour vivre. Avec les récentes réformes de la CAF, des obligations s’appliquent pour continuer de toucher cette allocation.

Le RSA, entre tradition et revalorisation

Chaque mois, de nombreuses personnes en France bénéficient d’allocations, mais aussi d’aides sociales. Elles leur permettent de répondre à leurs besoins financiers.

Parmi les aides les plus demandées en France figure le RSA. Ce dernier est touché par plus de 4 millions de personnes chaque mois sur le territoire.

À lire Le chèque énergie annulé à cause du Fisc, faites vite une réclamation

Ce revenu de solidarité active les aide ainsi à couvrir les dépenses quotidiennes qu’ils ne peuvent pas assumer en raison de leurs faibles revenus. Parallèlement, la demande d’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) est en constante augmentation en France.

En effet, le nombre d’allocataires a connu une légère augmentation de 1,73 % en un an, atteignant plus de 1,2 million de bénéficiaires chaque mois. Au cours des dernières années, les foyers à revenus modestes ont dû faire face à une hausse des prix dans tous les secteurs, impactant significativement leur pouvoir d’achat en raison de l’inflation.

Afin de soutenir ces personnes, le gouvernement a décidé d’augmenter les montants de certaines aides sociales en 2024, notamment l’AAH et le RSA. Cette revalorisation des montants des aides sociales est cruciale en période d’inflation.

Elle prend donc en compte l’augmentation du coût de la vie en France. D’ailleurs, cette hausse entrera en vigueur à compter du mois de janvier 2024.

À lire Tout savoir sur les aides financières pour partir en vacances cet été

Une aide repensée

Comme pour toutes les aides sociales, le montant de l’AAH et du RSA seront revus à la hausse cette année. Cette pratique vise à mieux répondre aux besoins des foyers à revenus modestes.

D’ailleurs, cette évolution suit un calendrier préétabli par les organismes d’aides sociales. Le RSA assure ainsi un niveau de vie décent aux bénéficiaires.

Depuis sa création, le RSA a connu plusieurs augmentations progressives au fil des années. En 2024, le Revenu de solidarité va à nouveau connaître une augmentation.

Par exemple, une personne seule avec un enfant qui touchait précédemment 565 euros percevra désormais une allocation de 600 euros. Cette revalorisation concernera également les couples, qu’ils aient ou non des enfants, incluant tous les bénéficiaires du RSA.

À lire CAF: ces français qui recevront les allocations sans en faire la demande en 2024

D’un autre côté, l’AAH pourra bénéficier d’un montant à la hausse. Par exemple, une personne seule touchant auparavant 903,60 euros par mois bénéficiera dorénavant de 950 euros par mois.

Cette augmentation du montant de l’AAH améliorera donc de manière générale la situation financière des personnes vivant en couple. Il est important de rappeler que des critères spécifiques doivent être remplis pour bénéficier de l’AAH et du RSA.

Des obligations pour toucher le RSA

Face à l’inflation, des mesures significatives se veulent ainsi prévues pour renforcer le Revenu de Solidarité Active (RSA). Le gouvernement a donc officialisé une revalorisation de 4,6 % du RSA, comme indiqué par Bruno Le Maire.

Cependant, pour inciter davantage de bénéficiaires à retrouver un emploi, des obligations supplémentaires sont introduites. Selon un rapport de la Cour des comptes, le RSA seul ne permet pas de sortir de la pauvreté.

À lire Alerte arnaque: ils vous volent de l’argent juste en passant à coté de vous et sans vous toucher

Dans le cadre du projet de loi de plein emploi, le gouvernement propose donc une obligation pour les bénéficiaires du RSA de consacrer quinze heures par semaine à une activité employable. Cette mesure vise à établir un contrat d’engagement entre les allocataires et l’État, reliant l’obtention du RSA à des efforts actifs pour retrouver un emploi.

L’engagement vise à élaborer un plan d’action personnalisé pour aider les bénéficiaires dans leurs démarches de réinsertion sociale et professionnelle. L’État s’engage à définir des objectifs d’intégration sociale et professionnelle pour soutenir activement les allocataires dans leur recherche d’emploi.

Ce contrat devra donc se voir établi au plus tard le 1ᵉʳ janvier 2025. Ces nouvelles obligations liées au RSA se veulent conçues pour encourager activement la recherche d’emploi par les bénéficiaires, favorisant ainsi leur réinsertion sociale et professionnelle.

La revalorisation de 4,6 % du montant du RSA offre ainsi aux bénéficiaires des ressources supplémentaires pour faire face à l’inflation. De façon à soutenir le pouvoir d’achat des foyers les plus modestes.

À lire CAF: tout savoir sur la solidarité à la source pour toucher le RSA ou l’AAH