Carburants: Leclerc annonce une bonne nouvelle pour tous les automobilistes

Seule enseigne de la grande distribution à faire régulièrement un rabais sur le carburant Leclerc vient d'annoncer une bonne nouvelle !

© Carburants : Leclerc annonce une bonne nouvelle pour tous les automobilistes

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Ce lundi 29 avril 2024, Michel-Édouard Leclerc, président du Comité exécutif des centres Leclerc, était l’invité du “Face-à-face » de BFMTV/RMC. Au regard de l’envolée des prix des carburants qui persiste, Michel-Édouard Leclerc se dit « favorable » à relancer les opérations à prix coûtant sous condition.

Peut-on à nouveau espérer les carburants à prix coutant chez Leclerc ?

L’accalmie aura été de courte durée ! En effet, le prix des carburants à station-service repartent à la hausse en France.
La note est donc de plus en plus salée pour les automobilistes !

En effet, le sans-plomb 95 (E10) est à l’heure actuelle à 1,934 euro le litre. Alors que le prix moyen du gazole se situe autour de 1,768 euros le litre. Et enfin le sans-plomb 98, lui, flirtait ce mardi 30 avril au matin, avec les 2 euros.

À lire LEP: très mauvaise nouvelle pour 11 millions de français qui vont perdre de l’argent

Au regard de cette envolée des prix qui ne semble pas se calmer, Michel-Édouard Leclerc se dit « favorable » à relancer les opérations de carburants à prix coûtant. Qui dit prix coûtant signifie que Leclerc fait le choix de ne pas percevoir sa marge nette sur ses ventes de carburants.

En effet, lors du “Face-à-face » de BFMTV/RMC, le président du groupe Leclerc, a alors évoqué le sujet des opérations à prix coûtant.

Il a d’abord souligné qu’il s’agit d‘une opération réglementée qui nécessite un réapprovisionnement des cuves en raison de la hausse des ventes.

À propos du retour de ce coup de pouce aux automobilistes dans les stations Leclerc, le président a, certes, déclaré y être « favorable ». Mais ce dernier conditionne cette éventuelle opération à « un certain partage de l’effort ».

À lire RSA: qui va toucher cette aide majorée ? Les Français concernés

Vous l’aurez compris, Michel-Édouard Leclerc a fait allusion non seulement au gouvernement, mais aussi aux raffineurs. À noter que ces derniers, contrairement aux distributeurs, n’avaient pas eu d’obligation de réduire leur marge de bénéfices de manière considérable l’an dernier.

« On s’est fait un peu avoir, l’année dernière », a alors expliqué Michel-Édouard Leclerc, sans détours. Dans sa ligne de mire, par exemple, TotalEnergies qui a maintenu son prix plafond à 1,99 euro le litre.

Un nouveau carburant à 1 euro le litre

À noter, par ailleurs, que les taxes sur le carburant atteignent, en France, 60 % du prix au litre. D’ailleurs, sans taxes, un litre à 2 euros serait en vente à 80 centimes. Ce niveau de taxe est particulièrement haut au sein de l’Union européenne. Et cela ne concerne pas que Leclerc mais toutes les marques de pompes à essence.

C’est l’une des raisons pour lesquelles l’essence coûte moins cher dans certains pays frontaliers. Par exemple, en Espagne, avec une taxe de 43 %, le gazole est en vente à 1,536 euro par litre. Tandis que le prix de l’essence se situe, en moyenne, à 1,674 euro le litre.

À lire CAF: qui va toucher cette aide de 200 euros pour se former à ce métier ?

D’autre part, rappelons que Bioéthanol France devrait bientôt proposer un nouveau carburant à 1 euro le litre. Et il devrait aussi arriver chez Leclerc.

En effet, déjà, au début de l’année 2024, le litre de bioéthanol affichait 90 centimes d’euros le litre, en moyenne. Carburant le moins cher du marché avec le GPL. La filière qui distribue cette essence en France estime que le prix au litre ne devrait pas dépasser 1 euro en 2024

Il s’agit du superéthanol E85, un carburant écologique à base d’éthanol, qui promet une émission plus faible de CO2.

Pour transformer votre véhicule essence et installer un boîtier qui peut accueillir de l’E85… Comptez 800 à 1.000 euros ! Mais attention vous consommerez plus d’essence : en moyenne 20 % de plus.

À lire Électricité: ces changements sur les heures creuses qui agacent déjà tous les Français