Les marques d’eau en bouteille contaminée et à ne plus boire

Certaines marques d'eau en bouteille très connues en France seraient contaminées et ce sont les marques elles-mêmes qui ont tout avoué !

© Les marques d'eau en bouteille contaminée et à ne plus boire

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Plusieurs compagnies agroalimentaires au cœur d’un scandale ! De l’eau en bouteille contaminée serait en vente en France. Voici ce qu’il faut retenir.

De l’eau en bouteille contaminée ?

Si vous aimez boire de l’eau en bouteille, la suite risque de vous inquiéter ! Une enquête récente du Monde et de la cellule d’investigation de Radio France a mis la lumière sur un scandale sanitaire.

Selon leurs informations, de nombreuses marques auraient mis en vente de l’eau en bouteille alors que celle-ci contenait des éléments dangereux pour la santé. Parmi les marques pointées du doigt, il y a celle du groupe Nestlé. Comme Perrier, Contrex, Vittel, Hépar, Cristaline, St Yorre ou encore Vichy Célestin.

À lire Pension retraite: la date officielle de la hausse en 2024, les Français concernés

L’industriel aurait caché la présence de polluants chimiques et de bactéries dans l’eau qu’il pompait. Ainsi, il a mis en vente de l’eau en bouteille contaminée alors qu’il savait que les sources d’eau qu’il utilisait étaient à risque.

En effet, elles étaient contaminées par des restes de pesticides et des bactéries E.Coli. Selon les révélations des médias français, le groupe Nestlé aurait violé les normes réglementaires à plusieurs reprises pour assurer la sécurité de ses eaux.

Mais désormais, une investigation imminente met fin à sa stratégie de communication pseudo-transparente. L’enquête a permis de révéler au grand jour ses pratiques douteuses.

Afin de ne pas impacter son chiffre d’affaires, le groupe a donc préféré continuer à utiliser les sources d’eau contaminées. Et ont tout simplement décider de poursuivre la vente d’eau en bouteille malgré le risque sanitaire pour les consommateurs. Et les industriels ont d’ailleurs tout fait pour cacher leur pratique douteuse.

À lire CAF: plus besoin de faire la demande pour toucher ces aides et allocations

Une enquête a été lancée

Pour éviter une baisse de leur chiffre d’affaires, les industriels ont donc tenté de cacher les contaminations de l’eau en bouteille. En effet, ils ont eu recours à des systèmes de purification et de filtration. Que la réglementation interdit pourtant en France !

Ils auraient aussi ajouté de l’eau du robinet à l’eau en bouteille qu’ils vendaient. Pour cela, ils auraient utilisé des procédés techniques qui leur ont permis de tromper les organismes de contrôle.

D’un autre côté, l’inaction de l’Etat face à cela choque encore plus. En effet, il faut savoir que les autorités ont été averties de la situation depuis 2021. Toutefois, rien n’a été fait pour informer la population et la protéger contre les risques pour sa santé.

Le gouvernement a tout simplement décidé d’affaiblir les mesures de réglementation pour autoriser les industriels à avoir recours à ces pratiques. En juillet 2022, un rapport de l’inspection générale des affaires sociales révèle que 30 % des marques d’eau en bouteille ne respectent pas les normes de traitement.

À lire Le montant du revenu minimum pour vivre heureux en France selon l’INSEE

Ainsi, le risque était donc bien réel pour les consommateurs. Depuis, des procureurs ont lancé des enquêtes judiciaires préliminaires. Notamment pour tromperie au Code de la Santé Publique.

En juillet 2023, un rapport détaillé de plus de 120 pages a montré l’implication de Nestlé dans cette fraude. Le procureur de Cusset, Eric Neveu a d’ailleurs ouvert une enquête préliminaire l’été dernier.

De son côté, le groupe Alma a totalement nié son implication et l’utilisation de ces pratiques douteuses. Mais cette affaire ne serait qu’une goutte d’eau face à l’ampleur du problème à l’échelle nationale et internationale.

En effet, une enquête a révélé que Nestlé Waters achetait des filtres non autorisés en France. Le groupe aurait aussi utilisé des méthodes de traitement illicite pour éviter d’impacter sa production.

À lire Aides et allocations CAF: gros changement sur les versements