Pension de réversion: les conditions à respecter pour toucher cette aide financière à vie

Après le décès d'un pensionné, conjoint, ex-conjoints, et enfants, peuvent, sous certaines conditions, bénéficier d’une pension de réversion

© Pension de réversion: les conditions à respecter pour toucher cette aide financière à vie

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Vous avez perdu votre conjoint ? Pensez à la pension de réversion ! Celle-ci correspond à une partie de la retraite dont bénéficiait ou aurait pu bénéficier le défunt (salarié ou fonctionnaire). Vous pouvez alors la percevoir, si vous remplissez certaines conditions. Cette aide financière s’adresse donc à l’époux survivant, et aux orphelins (si le défunt était fonctionnaire).

Certaines situations peuvent conduire à la non-obtention ou à la perte de cette pension. Voici toutes les conditions pour la percevoir.

En cas de décès de votre conjoint, vous pouvez peut-être bénéficier de la pension de réversion pour vous accompagner dans cette période difficile

Votre conjoint est décédé ? Vous devez alors informer votre caisse régionale qui vous versera, peut-être une pension de réversion.

À lire Livret A: cette hausse inattendue qui va faire plaisir aux 56 millions d’épargnants

Cette aide financière non négligeable est égale à 54 % de la retraite que percevait ou aurait pu percevoir votre conjoint ou ex-conjoint, sans tenir compte des majorations de retraite.

À noter que, selon vos ressources, elle peut alors faire l’objet d’une réduction.

Quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

Pour bénéficier d’une pension de réversion, vous devez remplir les conditions suivantes :

Avoir au moins 55 ans. Cet âge baisse à 51 ans si votre conjoint (ou ex-conjoint) a disparu avant le 1ᵉʳ janvier 2009 ou avant le 1ᵉʳ janvier 2008

À lire Facture d’électricité: elle va encore augmenter à cause de ces frais hallucinants

Vous devez être ou avoir été marié avec la personne qui a disparu. Le pacte civil de solidarité (Pacs) et le concubinage ne permettent pas d’obtenir une retraite de réversion. Vous pouvez demander la pension de réversion même si vous vivez de nouveau en couple (Mariage. Pacs ou concubinage /union libre) après le décès.

Vos ressources personnelles et professionnelles ou celles de votre nouveau foyer ne doivent pas dépasser un certain plafond. Elles font alors l’objet d’un examen sur la période des 3 mois qui précédait le point de départ de votre retraite de réversion.

Quelles sont les condition de ressources pour bénéficier de cette aide financière ?

Pour percevoir cette aide financière, vos ressources annuelles brutes doivent être inférieures aux montants suivants :

– 24 232,00 € si vous vivez seul(e)
– 38 771,20 € si vous vivez en couple

À lire CAF: ces français qui vont toucher une aide de 635 euros sans faire aucune demande

Si vous avez plus de 54 ans et que vous travaillez, le calcul de vos ressources annuelles ne prend en compte que 70 % de vos revenus d’activité.

Quel est son montant ?

La pension de réversion est donc égale à 54 % de la pension de retraite que percevait ou aurait pu percevoir votre conjoint ou ex-conjoint décédé. Et ce, sans tenir compte des majorations de retraite.

Son montant ne peut pas être inférieur au montant minimum si votre conjoint ou ex-conjoint totalisait 60 trimestres au régime général. S’il réunissait moins de 60 trimestres, ce minimum réduit de manière proportionnelle.

Si votre conjoint ou ex-conjoint a été marié plusieurs fois, la retraite de réversion fait alors l’objet d’un partage. A noter que ce partage est proportionnel à la durée de chaque mariage.

À lire Ce virement versé par l’État à des millions de Français et sa date sur votre compte en banque

Quelles conditions remplir pour bénéficier d’une majoration de la pension de réversion du régime général ?

Il est possible de majorer le montant de votre pension, à des conditions qui varient selon que vous ayez atteint ou non l’âge ouvrant droit automatiquement à la retraite à taux plein.

Ainsi, votre pension de réversion est fait l’objet d’une majoration automatique de 11,1 %, si :

– vous avez atteint l’âge de la retraite au taux maximum (taux plein). Donc, entre 65 et 67 ans, selon votre année de naissance et votre situation.
– vous avez fait valoir tous vos droits à retraite
– le montant total de vos retraites ne dépasse pas le plafond de ressources.

Si le montant total de vos retraites et de la majoration dépasse le plafond, la majoration est alors réduite en conséquence. Les retraites que le calcul retient sont celles des 3 mois qui précèdent le point de départ de la majoration.

À lire Le permis de conduire à vie c’est fini pour les seniors ?

Aussi, votre pension de réversion peut faire l’objet d’une hausse :

–  de 10 % si vous avez eu ou élevé au moins 3 enfants. Cette majoration sera alors automatique au moment du calcul de votre pension de réversion.
– d’une majoration forfaitaire pour chaque enfant à votre charge. Pour cela, vous ne devez pas avoir atteint l’âge de la retraite à taux maximum. Aussi, vous ne devez pas percevoir une retraite personnelle ou une prestation d’orphelin d’un régime de retraite de base.

Cette majoration forfaitaire ne fait pas l’objet d’un versement automatique. Vous devez donc en faire la demande.

Si vous partagez votre pension de réversion avec d’autres conjoints, votre majoration forfaitaire reste entière pour chaque enfant.

En revanche, si elle est réduite selon vos ressources, votre majoration forfaitaire pour enfant fait alors l’objet d’une réduction dans les mêmes proportions.

Comment la réclamer ?

La pension de réversion ne fait pas l’objet d’un versement automatique. Vous devez donc en faire la demande.

Vous pouvez réclamer votre retraite de réversion en ligne via le service « Demander une retraite de réversion ». Il est accessible depuis votre espace personnel.

Ce service permet de demander une retraite de réversion auprès de tous les régimes auxquels le conjoint décédé a cotisé.

À noter que vous pouvez réclamer cette aide financière par courrier.

Dans ce cas, il vous faudra effectuer une demande auprès de chaque régime de retraite dont dépendait votre conjoint décédé.