Permis de conduire: ces changements à connaitre pour éviter amende et suspension

Le permis de conduire est sujet aux changements. Sur l'année 2024, de nombreuses réformes concernant l'épreuve entrent en vigueur.

© Permis de conduire: ces changements à connaitre pour éviter amende et suspension

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

L’année 2024 sera celle du changement pour le permis de conduire. En effet, de nombreuses nouveautés ont fait leur apparition depuis le début de l’année.

Le permis de conduire évolue

C’est acté, le permis de conduire tel que les Français l’ont connu change. En effet, depuis le 1ᵉʳ janvier, de nombreuses réformes sont entrées en vigueur, redistribuant toutes les cartes.

Il est désormais possible de passer l’examen du Code de la route dès l’âge de 17 ans. Une fois le code obtenu, les candidats peuvent s’inscrire dans une auto-école pour apprendre la conduite.

À lire CAF: qui peut toucher cette prime de 200 euros pour se former à ce métier très demandé ?

Par ailleurs, le format du permis de conduire est en cours de transition vers une version dématérialisée. Ce dernier remplace le traditionnel papier rose et la carte par une nouvelle carte format carte bleue, munie d’une puce et d’un code-barres.

Parallèlement, des réformes plus strictes sont mises en place pour garantir la sécurité routière. Avec notamment des sanctions plus sévères pour les infractions telles que l’homicide routier, passibles de jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Les sanctions sont également renforcées pour les grands excès de vitesse en état d’ébriété ou de stupéfiants. Cependant, les procédures pour le maintien du permis de conduire restent inchangées.

Surtout l’obligation de le renouveler avant sa date de péremption, sous peine de sanctions légales sévères en cas de conduite avec un permis expiré.Le processus de renouvellement est simplifié et dématérialisé.

À lire Fraude: ce couple touche plus de 140 000 euros d’allocations en 10 ans

Des changements qui font du bien

Le permis de conduire est une clé précieuse pour accéder à la mobilité et à l’indépendance. Obtenir ce sésame implique de se conformer à un ensemble de règles en constante évolution.

En 2024, de nouvelles règles se voient entrées en vigueur, modifiant significativement les conditions d’obtention. Pour les aspirants conducteurs, le premier pas consiste à choisir parmi les nombreuses auto-écoles disponibles.

Pour faciliter ce choix, plusieurs agences ont reçu une labellisation garantissant la qualité de leur formation. C’est le cas de PERMIS LIBRE, une auto-école reconnue et agréée par l’État.

Leurs coordonnées et informations sont accessibles aux candidats, leur permettant de passer le permis de conduire à moindre coût. Mais aussi de rester informés des prochaines modifications.

À lire CAF: une nouvelle prime de 598 euros versée fin mai, les français concernés

La nouvelle réglementation permet désormais de commencer la conduite accompagnée dès l’âge de 15 ans. Plutôt que 16 ans comme précédemment.

Cela signifie que l’examen du permis de conduire peut-être passé dès l’âge de 17 ans au lieu de 18 ans. Cependant, cette pratique nécessite la supervision d’un titulaire du permis B pendant au moins un an et un minimum de vingt heures de conduite avec un moniteur agréé.

Des changements notables au permis de conduire

Après cette période, les nouveaux conducteurs peuvent prendre le volant de manière autonome. Pourtant, ils restent soumis aux mêmes règles, telles qu’une limite de vitesse de 110 km/h et un taux d’alcool maximal de 0,2 g/L de sang.

À partir de janvier 2024, le Compte Personnel de Formation (CPF) pourra financer tous les types de permis de conduire. Et ce, y compris les permis moto, bateau, remorque ou voiturette.

À lire Permis de conduire: très bonne nouvelle pour ces conducteurs, les 3 mois vont sauter

Cette décision, issue d’une loi votée par l’Assemblée Nationale en juin 2023, vise à faciliter l’accès à la mobilité et à l’emploi. Les critères d’éligibilité demeurent les mêmes, nécessitant la démonstration d’un projet professionnel lié au permis.

Mais aussi l’inscription auprès d’un organisme de formation agréé et labellisé. Une proposition de l’eurodéputée française Karima Delli a d’ailleurs suscité l’intérêt.

Elle suggérait une visite médicale tous les 15 ans pour prolonger la validité du permis de conduire. Cependant, les députés ont exprimé leur opposition à une réduction de la validité pour les personnes âgées.

Ces derniers préfèrent éviter les discriminations tout en garantissant le droit à la mobilité pour tous. Le Parlement a toutefois approuvé une auto-évaluation des conducteurs pour évaluer leurs compétences en matière de conduite.

À lire Vacances d’été 2024: la semaine à réserver d’urgence c’est la moins chère de toutes