Permis de conduire: toutes ces nouvelles règles à connaitre pour éviter les mauvaises surprises

Le permis de conduire a bien changé depuis sa mise en circulation. Depuis le 1ᵉʳ janvier 2024, de nombreux changements ont été instaurés.

© Permis de conduire toutes ces nouvelles règles à connaitre pour éviter les mauvaises surprises

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

C’est officiel, depuis le 1ᵉʳ janvier 2024, le permis de conduire a totalement changé. Les jeunes de 17 ans peuvent désormais le passer et conduire en toute sérénité en cas de réussite à l’examen, mais pas que…

Un permis de conduire qui a bien évolué

Passer son permis de conduire est une étape cruciale pour les Français. Bien souvent, il s’agit d’une corvée dont on aimerait se débarrasser.

Et pour cause, cela prend du temps et surtout, les prix peuvent parfois être exorbitants. Sans parler bien sûr de l’impatience de pouvoir enfin prendre son indépendance.

À lire Pension retraite: la date officielle de la hausse en 2024, les Français concernés

Par ailleurs, de nombreux apprentis conducteurs ont absolument besoin de leur précieux sésame pour espérer pouvoir trouver un emploi. C’est notamment le cas dans les zones rurales.

C’est donc pour cela que le gouvernement veut faciliter le passage du permis de conduire à ceux qui en ont le plus besoin. En effet, depuis le 1ᵉʳ janvier dernier, il est possible de passer son permis de conduire à partir de 17 ans.

En fait, avant cela, il était déjà autorisé de s’inscrire à l’auto-école à cet âge-là et de commencer les leçons de conduite pratiques. Cependant, il fallait patienter jusqu’à la majorité pour avoir le droit de prendre le volant seul.

Désormais, il est possible de le faire un an plus tôt. En effet, 2024 apporte plusieurs changements significatifs pour les usagers de la route, surtout avec l’abaissement de l’âge minimum pour passer le permis à 17 ans.

À lire CAF: plus besoin de faire la demande pour toucher ces aides et allocations

Des améliorations pour le plus grand nombre

Cela représente une avancée majeure par rapport à la règle antérieure exigeant d’attendre d’avoir 18 ans. Depuis le 1ᵉʳ janvier 2024, les jeunes de 17 ans révolus peuvent s’inscrire en auto-école. Pour passer l’épreuve de conduite.

Et ce, après avoir réussi le Code de la route accessible dès l’âge de 16 ans. Une autre évolution notable concerne les sanctions liées aux excès de vitesse.

Depuis le 1ᵉʳ janvier 2024, les excès de vitesse inférieurs à 5 km/h ne se voudront plus assortis d’une réduction d’un point du permis de conduire. Mais simplement sanctionnés par une contravention.

Cependant, les excès compris entre 5 et 20 km/h entraîneront toujours la perte d’un point. En ce qui concerne les contrôles techniques, une directive européenne de 2014, jusqu’alors non appliquée en France, entre en vigueur en 2024 pour les véhicules de catégorie L.

À lire Le montant du revenu minimum pour vivre heureux en France selon l’INSEE

Cela inclut donc les permis motos, cyclomoteurs, scooters, tricycles à moteur, quadricycles légers et lourds. Les dates limites pour ces contrôles dépendent de la date d’immatriculation des véhicules.

De nombreuses réformes au permis de conduire

C’est le 20 juin 2023 qu’Élisabeth Borne a confirmé que les jeunes détenteurs du permis de conduire pourront conduire seuls à partir de l’année prochaine. Cette annonce a été faite lors du Conseil national de refondation (CNR) dédié à la jeunesse.

L’ancienne cheffe du gouvernement a aussi mis en place une aide de 500 . Elle se veut accordée aux jeunes en apprentissage pour financer leur permis.

D’ailleurs cette aide a fait l’objet d’une étendue aux élèves des lycées professionnels depuis la rentrée 2024. Elle concerne ceux qui doivent souvent se déplacer pour leurs stages.

À lire Aides et allocations CAF: gros changement sur les versements

Bien que la date exacte ne soit pas encore annoncée, elle pourrait intervenir à la prochaine rentrée ou à partir de 2024. Ensuite, la ASSR + a aussi fait l’objet d’une annonce par Mme Borne.

Cette dernière vise donc à renforcer les attestations scolaires de sécurité routière délivrées au collège et au lycée. Cela les transforme en une sorte de préparation au Code de la route.

Cette initiative s’inscrit dans le projet plus ancien de créer une ASSR de niveau 3. Elle se veut équivalente à l’épreuve du Code de la route, à passer pendant le temps scolaire au lycée, en seconde ou en première.