Les allocations familiales bientôt annulées pour certains parents ?

Les allocations familiales vont-elles disparaître de chez certains Français ? C'est la récente proposition faite par Jordan Bardella.

© Les allocations familiales bientôt annulées pour certains parents ?

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Les allocations familiales permettent à de nombreux Français de joindre les deux bouts. Cependant, Jordan Bardella envisage de les supprimer à certaines familles.

Les allocations familiales revalorisées au mois de mai

Chaque mois en France, des millions de foyers bénéficient des allocations familiales. Cela leur permet de les aider à couvrir les dépenses liées à la vie de famille.

Actuellement, seuls les parents ayant deux enfants à charge de moins de 20 ans sont éligibles à ces allocations. Sachez que le montant dépend des ressources et de l’âge des enfants.

À lire CAF: qui peut toucher cette prime de 200 euros pour se former à ce métier très demandé ?

De plus, certaines conditions doivent être remplies, notamment résider en France pendant plus de six mois par an. Mais aussi avoir des enfants vivant également en France.

Pour obtenir ces allocations familiales de la CAF, une demande doit se voir soumise, sauf pour ceux déjà allocataires. Cependant, la naissance du deuxième enfant doit être déclarée.

Pour ceux qui ne bénéficient pas déjà des allocations, des formulaires doivent se voir remplis. Ensuite, il faut les envoyer à la caisse des allocations familiales de leur lieu de résidence, qui traitera ensuite leur dossier.

Une réforme en cours

Sachez qu’une réforme semble d’ailleurs être en discussion. Lors d’une conférence de presse le 16 janvier, Emmanuel Macron a évoqué des projets visant à soutenir les Français à faibles revenus.

À lire Fraude: ce couple touche plus de 140 000 euros d’allocations en 10 ans

Surtout en réduisant les impôts pour ceux revenant au travail où étant au niveau du SMIC. Des idées émergent, comme l’articulation travail-garde d’enfant ou une réforme des allocations familiales pour mieux cibler les classes moyennes.

Certains suggèrent donc de rendre ces allocations disponibles dès le premier enfant. Ces derniers arguent que les coûts liés à la parentalité se manifestent dès le premier enfant.

Cette proposition pourrait donc orienter une éventuelle réforme. Ce qui offrirait une visibilité accrue et une aide précieuse aux familles envisageant d’avoir leur premier enfant.

Cependant, sachez que les règles pour toucher les allocations familiales vont se durcir. En effet, Jordan Bardella envisage de les supprimer à certaines familles.

À lire CAF: une nouvelle prime de 598 euros versée fin mai, les français concernés

Des allocations familiales supprimées

Un récent sondage a mis en lumière un appel croissant à plus de rigueur envers les jeunes délinquants et leurs familles en France. Les Français expriment largement leur soutien à la suppression des allocations familiales pour les parents d’enfants récidivistes.

Selon ce sondage mené par l’institut CSA pour CNEWS, Europe 1 et le Journal du Dimanche et publié le 28 avril dernier, plus de 7 Français sur 10 sont favorables à cette mesure. Soit 72 % des personnes interrogées, tandis que 27 % y sont opposées.

Du point de vue de la politique, les sympathisants de la droite affichent un soutien massif. Avec un pourcentage élevé chez les partisans des Républicains et du Rassemblement national.

Cette idée, initialement proposée par Emmanuel Macron après les émeutes de juillet 2023, a gagné en popularité. Notamment au sein de la droite.

À lire Permis de conduire: très bonne nouvelle pour ces conducteurs, les 3 mois vont sauter

Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national aux élections européennes, a récemment réitéré son soutien à cette proposition. Ce dernier a ainsi souligné la nécessité de suspendre les allocations familiales aux parents de mineurs récidivistes.

Cet appel à la sévérité s’inscrit donc dans un contexte où la question de l’autorité. Mais aussi de la responsabilisation des familles est au cœur des débats.

Ce dernier préconise donc des mesures fermes envers les jeunes délinquants. Telles que des stages de citoyenneté et des couvre-feux.  Sa déclaration intervient ainsi après la mise en examen d’un troisième mineur, âgé de 15 ans, pour « meurtre avec guet-apens » dans une affaire à Grande-Synthe.