Chèque énergie: ce que vous devez absolument faire si vous ne l’avez toujours pas reçu

Cette année, les Français recevront le chèque énergie pendant le mois d’avril. Voici ce qu’il faut faire si vous ne le recevez pas.

© Chèque énergie: ce que vous devez absolument faire si vous ne l’avez toujours pas reçu

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

La campagne d’envoi du chèque énergie a commencé le mardi 2 avril. D’ici au 25 avril, 5,6 millions de familles devraient recevoir cette aide. Toutefois, un bug administratif pourrait priver 1 million de bénéficiaires de ce coup de pouce financier.

Si, par malheur, vous ne recevez pas le chèque énergie d’ici à la fin de la campagne, vous devez faire une réclamation. Voici ce que vous devez absolument savoir si votre chèque énergie n’arrive jamais.

Une faille administrative pénalise 1 million de bénéficiaires

Le chèque énergie constitue une aide essentielle aux ménages qui ont des revenus modestes. Avec ce coup de pouce financier, ils peuvent régler une partie de leurs factures ou financer leurs travaux de rénovation énergétique.

À lire CAF: qui peut toucher cette prime de 200 euros pour se former à ce métier très demandé ?

A partir de 2024, les locataires de HLM peuvent également profiter pleinement des avantages du chèque énergie.

Tous les ans, quelques bénéficiaires du chèque énergie ne reçoivent pas leur chèque énergie dans les délais impartis. Cette année, le même problème surviendra, mais concernera à peu près 1 million de Français.

A qui la faute ? A l’administration qui se bat actuellement contre un bug ayant causé la perte de données précieuses.

Suite à la suppression de la taxe d’habitation, l’administration fiscale ne parvient plus à accéder à certaines données.

À lire Fraude: ce couple touche plus de 140 000 euros d’allocations en 10 ans

Manque de bol, les données perdues se révèlent essentielles à l’évaluation de la situation des bénéficiaires du chèque énergie. Un événement bien fâcheux qui vous concernera peut-être.

Ce bug administratif pénalise alors les nouvelles personnes qui devraient toucher le chèque énergie 2024. Les ménages dont la situation financière a changé peuvent aussi être privés de cette aide précieuse.

Quant aux anciens bénéficiaires, ils se retrouvent avantagés. Et ce, car ce sont ces mêmes familles qui recevront le chèque énergie cette année.

Un portail en ligne pour réclamer votre chèque énergie 2024

Les associations de consommateurs qui ont eu vent de la situation dès le début du mois de février se retrouvent indignés.

À lire CAF: une nouvelle prime de 598 euros versée fin mai, les français concernés

Elles mettent en lumière une « carence de l’administration » et demandent aux responsables de réagir rapidement. Face au grand brouhaha déclenché par l’administration, le ministre de l’Économie promet de trouver une solution qui profitera à tous.

Ainsi, Bruno Le Maire déclare qu’un système de réclamation sera mis en place rapidement.

Il en profite aussi pour reconnaître les erreurs commises dans le cadre de la suppression de la taxe d’habitation.

Le ministre se désole d’avouer que des personnes qui en ont réellement besoin pourraient se retrouver privées du chèque énergie.

À lire Permis de conduire: très bonne nouvelle pour ces conducteurs, les 3 mois vont sauter

En effet, le bug administratif n’épargne personne. Travailleurs à temps partiels, retraités qui ne gagnent pas bien leurs vies ou encore étudiants peuvent être concernés.

Même si Bruno Le Maire reconnaît les tords du système, aucune réelle solution ne parvient pas encore à régler le problème.

En effet, le ministre de l’Economie promet un portail de réclamation en ligne. Cependant, celui-ci ne verra le jour qu’en juin 2024, et encore, rien n’est encore sûr.

Si vous souhaitez réclamer en personne, les procédures relèvent d’un vrai casse-tête et vous risquez de ne rien recevoir.

À lire Vacances d’été 2024: la semaine à réserver d’urgence c’est la moins chère de toutes

Jusqu’à ce que le portail soit fonctionnel, les bénéficiaires oubliés devront alors patienter. Et se préparer à un combat des plus durs, s’ils veulent se risquer à faire valoir leurs droits d’eux-mêmes.