CAF: pour ne pas perdre toutes vos allocations il faut vite faire ce changement

Ceux qui touchent la CAF ont raison de s'inquiéter. Des hackers ont piraté des milliers de mots de passe, appartenant à des allocataires.

© CAF pour ne pas perdre toutes vos allocations il faut vite faire ce changement

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

En 2024, les aides de la CAF seront toujours aussi nombreuses. Si l’organisme veille à votre sécurité financière, cette récente fuite de données met à mal les comptes de milliers de personnes.

Des aides de la CAF toujours plus nombreuses en 2024

En 2024, les aides de la CAF seront bien présentes. Cependant, en cas de fraude avérée, sachez que vous vous exposez à des lourdes sentences.

Plus que jamais, la Caisse d’allocations familiale va continuer de donner des aides sociales à ses allocataires. Ces dernières concernent chaque année des millions de Français.

À lire La meilleure technique pour exterminer toutes les punaises de lit présentes chez vous

Il peut donc s’agir d’aides ponctuelles comme l’allocation de rentrée scolaire ou la prime de Noël. Mais aussi d’aides qui se voient ainsi mensualisées.

On peut par exemple citer les APL (aides personnalisées au logement). Elles permettent ainsi de recevoir chaque mois une aide financière pour réduire le montant de son loyer.

Ces aides permettent donc à plus de 6 millions de foyers de joindre les deux bouts chaque mois. Il y a également le RSA qui assure aux personnes à faibles ressources, un niveau minimum de revenus.

Cette aide se veut ainsi versée à près de 2 millions de personnes, en comprenant les conjoints et enfants à charge. Par ailleurs, la CAF est aussi responsable du versement d’autres aides sociales comme les allocations familiales et l’AAH.

À lire CAF: ces 4 aides peu peuvent vous rapporter gros et beaucoup y ont droit

Lutter contre la fraude, une mission complexe

En France, la fraude à la CAF représente un enjeu majeur pour le système de protection sociale français. Cette pratique malhonnête se veut de plus en plus répandue.

Cela prend par exemple, la forme de fausses déclarations, d’usurpation d’identité, ou encore de travail non déclaré. Ces agissements visent donc à obtenir indûment des prestations sociales destinées à soutenir les ménages les plus vulnérables.

D’un point de vue légal, les fraudeurs encourent donc des sanctions sévères. Cela peut aller du remboursement des trop-perçus indûment et des pénalités financières à des condamnations pour tentative d’escroquerie.

Selon un bilan du Journal du dimanche, la Caisse nationale des allocations familiales a effectué 32,4 millions de contrôles l’an dernier. Ces vérifications ont ainsi permis aux agents de détecter 48 692 fraudes sur tout le territoire, pour un montant total de 351 millions d’euros.

À lire Banques: très bonne nouvelle ces frais bancaires supprimés

Le RSA et la prime d’activité se veulent considérés comme les deux prestations sociales les plus fraudées. Le préjudice moyen de la fraude s’élève à 7 217 €. Soit une augmentation de 55 € par rapport à 2021, où il s’élevait à 7 162 €.

Une fuite des mots de passe inquiète la CAF

Outre la fraude, une autre menace place sur la CAF. En effet, des hackeurs ont récemment mis la main sur des données confidentielles de milliers de clients.

Il y a quelques jours, la CAF a confirmé une intrusion de données, avec plusieurs milliers de comptes allocataires ayant été illégalement consultés. Une information relayée directement par l’organisme.

« Des individus malveillants ont utilisé les mots de passe réels des allocataires, qui ont fait l’objet d’un vol et mis à disposition sur le dark web, a fait savoir l’organisme sur son site internet. Il est donc crucial de rester vigilant en cas de sollicitation concernant vos données personnelles.

À lire CAF: cette aide de 200 euros pour vous aider à trouver un job cet été

La CAF précise que « chaque allocataire dont le compte a été consulté se voit contacté et son mot de passe est réinitialisé afin de prévenir tout accès non autorisé à son compte ». Il est donc essentiel de vérifier que vous communiquez bien avec un représentant officiel de votre CAF lorsque vous échangez en ligne.

La CAF tient néanmoins à rassurer en soulignant que, bien que des comptes personnels aient été consultés. « Aucune faille de sécurité », n’a été détectée, précisent-ils.

Les informations volées se limitent aux mots de passe, numéros de comptes et autres données accessibles dans les espaces personnels. Vous voilà rassurés !

Divertissons Nous est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :