Cet automobiliste prend une amende de 380 euros pour s’être gratté la tête au volant de sa voiture

Les contrôles se sont renforcés sur les routes. Mais, un automobiliste a reçu une amende de 380 euros, alors qu'il n'était pas en infraction.

© Cet automobiliste prend une amende de 380 euros pour s'être gratté la tête au volant de sa voiture

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Depuis le 1ᵉʳ janvier 2024, les automobilistes doivent se plier à de nouvelles règles au permis de conduire. Cependant, l’un d’eux a écopé d’une amende de 380 euros alors qu’il n’avait rien fait.

Les infractions exposent les automobilistes à des amendes

En France, il existe de nombreux comportements qui exposent les Français à de lourdes amendes. Par exemple, le défaut de présentation du permis de conduire ou du certificat d’immatriculation sont passibles d’amendes de première classe.

De même, la conduite avec des feux de position non conformes constitue une infraction de première classe. Toutes sont ainsi passibles d’une amende forfaitaire de 11 €.

À lire CAF: les démarches à suivre en cas de gros soucis sur vos aides ou allocations

En cas de non-paiement dans les 45 jours, le montant majoré s’élève à 33 €. Ce dernier se verra donc plafonné à 38 € par la suite si vous ne payez pas.

Depuis janvier 2018, chaque municipalité a le pouvoir de fixer les amendes pour défaut de paiement de stationnement et les dépassements de temps. Les montants et les délais de paiement se veulent déterminés par les communes.

Les infractions telles que l’omission de clignotant, la circulation sur une voie de bus ou le non-respect d’un feu orange sont des infractions de deuxième classe. L’amende forfaitaire est de 35 €, minorée à 22 € si payée dans les 45 jours.

De même, en cas de retard, l’amende peut atteindre 75 €, jusqu’à un maximum de 150 €. Mais alors, qu’en est-il des infractions de troisième classe auxquelles se heurtent les automobilistes ?

À lire La meilleure technique pour exterminer toutes les punaises de lit présentes chez vous

Des amendes plus sévères selon la gravité de l’infraction

Les excès de vitesse inférieurs à 20 km/h sur des routes limitées à plus de 50 km/h où la conduite avec des équipements défectueux, se veulent sanctionnées par une amende forfaitaire de 68 €. Cette dernière se voit minorée à 45 € en cas de paiement dans les 45 jours.

Le retard de paiement peut ainsi entraîner une majoration de 180 €, jusqu’à 450 € au maximum. Le non-respect d’un stop, le refus de priorité, le non-port de la ceinture ou l’usage du téléphone au volant sont des infractions de quatrième classe.

Elles se voient donc toutes passibles d’une amende de 135 €, minorée à 90 €. Et majorée à 375 €, sans dépasser les 750 €. Les excès de vitesse de plus de 50 km/h, l’utilisation d’un brouilleur de radar ou le défaut d’assurance sont des infractions de cinquième classe.

Ces dernières sont donc punies d’une amende de 1 500 €, pouvant aller jusqu’à 3 000 € en cas de récidive. Il y a peu, un automobiliste a écopé d’une amende de 380 euros, alors qu’il n’était pas en infraction.

À lire CAF: ces 4 aides peu peuvent vous rapporter gros et beaucoup y ont droit

Une amende salée pour cet automobiliste

Tout le monde le sait, téléphoner en conduisant peut entraîner des conséquences financières importantes. Cependant, aux Pays-Bas, même se gratter la tête peut vous coûter cher.

En effet, comme le rapporte Sud-ouest, un conducteur néerlandais a récemment été frappé d’une amende de 380 euros. Et ce, après avoir été surpris par un radar utilisant l’intelligence artificielle, prétendument pour téléphoner au volant.

Pourtant, cet habitant d’Etch, dans le sud des Pays-Bas, affirme qu’il ne téléphonait pas. Selon ses propos, il se grattait simplement la tête.

Ce dernier a donc écrit un article sur son blog, pour raconter son aventure. Dans ce dernier, il a souligné que l’analyse de telles images avec flash est similaire à son travail quotidien, où il crée des algorithmes pour éditer et analyser des images.

À lire Banques: très bonne nouvelle ces frais bancaires supprimés

Il a ainsi expliqué que lorsque sa main vide s’est approchée de son oreille, la vidéo aurait pu se voir interprétée par l’algorithme comme l’utilisation d’un téléphone. Ce qui, selon lui, est une conclusion erronée, due à un dysfonctionnement de l’algorithme de la police.

L’automobiliste a écrit qu’il ne comptait pas en rester là. Il a donc prévu de se défendre devant les tribunaux, en se défendant qu’il n’était pas au téléphone.

Divertissons Nous est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :