Permis de conduire: les délais à rallonge pour passer l’examen font péter les plombs

Passer son permis de conduire est une étape importante dans une vie. À condition que les délais pour le passer soit raisonnable…

© Permis de conduire les délais à rallonge pour passer l'examen font péter les plombs

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

L’obtention du permis de conduire, un document officiel émis par l’État, implique le suivi d’un processus rigoureux comprenant des étapes théoriques et pratiques. Cependant, certains professionnels s’insurgent des délais d’attente pour le passer.

Le permis de conduire, un processus par étape

Pour entamer le processus en vue d’obtenir le permis de conduire, il est nécessaire d’avoir au moins 17 ans. La demande peut se voir effectuée en ligne ou auprès de la préfecture, nécessitant des pièces justificatives telles que des photos d’identité conformes.

Il faut également avoir en sa possession, une attestation de participation à la Journée Défense et Citoyenneté (JDC). La première étape consiste à réussir l’examen du Code de la route.

À lire Alerte info: mauvaise nouvelle 2 millions de Français vont devoir changer d’adresse

Ce dernier peut ainsi se voir préparé via des manuels, des applications mobiles, des auto-écoles ou en ligne. Une fois le code obtenu, de nombreux candidats s’inscrivent dans une auto-école pour des cours théoriques et pratiques.

Depuis le 1ᵉʳ janvier 2024, des modifications importantes ont affecté le système actuel du permis de conduire. En effet, Elisabeth Borne a réussi à faire voter une loi pour les jeunes permis.

Le 20 juin dernier, l’ancienne Première Ministre a annoncé la bonne nouvelle à Brut. « À partir de janvier 2024, on pourra passer le permis de conduire à partir de 17 ans et conduire à partir de 17 ans », a-t-elle fait savoir.

Et d’ajouter que cette mesure serait « un vrai plus » notamment pour les jeunes en apprentissage. À l’heure actuelle, un jeune en conduite accompagnée peut déjà passer le permis B à 17 ans.

À lire Retraite Agirc-Arrco: mauvaise nouvelle confirmée pour les virements de juin

De nouvelles règles strictes

En 2024, l’épreuve du permis de conduire subira des modifications. Surtout en ce qui concerne les épreuves pratiques de la fameuse épreuve.

Si vous avez obtenu votre permis avant 2019, vous vous souvenez peut-être que l’examinateur posait trois questions de vérification basées sur une liste prédéfinie de 100 questions. Elles étaient imposées par le ministère de l’Intérieur.

Ces questions abordaient des thèmes tels que les vérifications intérieures ou extérieures du véhicule, la sécurité routière (par exemple, détecter l’usure des essuie-glaces en circulation) et les premiers secours. Suite à la pandémie de la COVID-19, ces questions avaient été temporairement supprimées.

Cependant, elles ont ainsi fait leur grand retour cette année. Désormais, les candidats doivent répondre à trois questions choisies aléatoirement parmi ces thèmes lors de leur épreuve pratique.

À lire Chèque énergie: la date officielle de réclamation si vous ne l’avez pas reçu

En parallèle, la démarche pour récupérer des points perdus sur le permis de conduire demeure une préoccupation fréquente. Malgré ces avancées, certains moniteurs et professionnels pointent du doigt des délais à rallonge pour passer l’examen.

Des délais très longs pour passer l’examen du permis de conduire

Va-t-on assister à une pénurie d’examinateurs en 2024 ? Chaque année, certains professionnels de la conduite font savoir dans les médias que leur ville manque d’inspecteur.

« Depuis plusieurs mois, des auto-écoles, mais aussi des élèves et des parents d’élèves, m’alertent sur la pénurie d’inspecteurs du permis de conduire », a constaté le député brestois Jean-Charles Larsonneur.

Et d’ajouter : «  Elle touche un nombre croissant de départements en France et entraîne des délais toujours plus longs pour le passage de l’examen. Aujourd’hui en Finistère, les délais moyens sont de cinq à six mois ». Des délais très longs, compte tenu des nouvelles règles pour faciliter le passage à l’examen.

À lire Automobilistes: cette priorité trop souvent oubliée qui coute 135 euros d’amende

Ce dernier ajoute donc que « l’objectif national de 45 jours, fixé par le gouvernement, est donc loin d’être atteint ». Alors, pour y remédier, le politicien tente le tout pour le tout, en alertant les médias sur ce fléau, qui pourrait se répercuter à l’échelle du pays.