APL: ce changement qui risque d’annuler les aides logements de la CAF

L’APL constitue une aide précieuse pour des millions de Français. Attention, la CAF a fait des changements sur les critères d'éligibilité.

© APL: ce changement qui risque d’annuler les aides logements de la CAF

Voir le sommaire Ne plus voir le sommaire

Plus de 6,6 millions de familles françaises touchent une aide au logement tous les mois. Parmi ces allocations, l’APL est la plus connue et la plus demandée par les bénéficiaires. Cette aide vous permet de vous décharger d’une partie de votre loyer. Pour s’assurer que l’APL revienne bien aux ménages qui en ont le plus besoin, la CAF a mis à jour les critères d’attribution.

Si vous ne respectez pas les conditions d’éligibilité, vous pouvez vous retrouver privé de votre aide prochainement.

Une aide précieuse pour les familles en situation de précarité

La CAF attribue 3 aides au logement aux familles en difficulté financière chaque mois. Il s’agit de l’ALF, de l’ALS et de l’APL. Cette dernière constitue un coup de pouce de pouce financier qui se destine à alléger le loyer des bénéficiaires.

À lire Alerte météo: des températures brulantes cet été dans ces régions

L’APL concerne uniquement la résidence principale du demandeur.

Ainsi, vous ne pouvez pas réclamer l’aide pour payer le loyer de votre habitation secondaire. Il faut aussi noter que l’APL vaut pour l’ensemble de la famille. Et qu’une personne ne peut la demander que pour un seul logement.

Pour toucher l’APL, vous devez habiter dans un logement qui fait l’objet d’une convention entre l’Etat et le propriétaire. Ainsi, ce dernier doit se tenir à l’application d’un loyer maximum. Le demandeur doit alors être locataire ou colocataire.

Si vous vivez en sous-location, vous pouvez aussi bénéficier de l’APL, mais des conditions strictes s’imposent. Les personnes qui vivent en cité universitaire ou en résidence d’autonomie peuvent aussi réclamer l’APL.

À lire CAF: qui va toucher cette aide de 635 euros sans en faire la demande ?

Pour savoir si votre situation vous rend éligible à l’APL, il vous suffit d’utiliser le simulateur sur le site du gouvernement. En plus de renseigner vos informations personnelles, vous devez aussi communiquer celles concernant votre logement.

Il s’agit entre autres de sa localisation et du montant de votre loyer hors charges. En quelques clics, la plateforme vous indiquera si vous êtes éligible et le montant auquel vous avez droit.

La démarche à faire obligatoirement pour ne pas perdre le droit de toucher votre aide

La CAF vient de mettre à jour les critères d’attribution de l’APL. Et ce, pour veiller à distribuer l’aide de manière juste et équitable. Si vous touchez déjà l’APL, mais que vous ne respectez pas ces conditions, vous pouvez vous retrouver privé de votre aide.

Les demandeurs qui ne remplissent pas les critères d’éligibilité ne recevront pas non plus le soutien financer.

À lire Compteur Linky: cette décision de Enedis qui va beaucoup vous énerver

Premièrement, vous devez vivre dans le logement concerné pendant au moins 8 mois par an. Et la résidence doit bien évidemment se trouver en France.

Bien que l’attribution de l’APL n’impose pas de conditions d’âge, les parents doivent cosigner le bail si le demandeur est mineur. Aussi, les sous-locataires qui réclament l’aide doivent avoir au moins 30 ans.

Enfin, des conditions de ressources s’imposent pour bénéficier de l’APL. Pour une personne seule, le plafond de revenus se fixe à 5 186 euros. Un couple, quant à lui, ne doit pas dépasser les 7 430 euros par mois.

Le plafond pour un couple avec un enfant s’élève à 8 862 euros. Ce seuil de revenus maximum augmente en fonction du nombre de personnes composant le foyer.

À lire CAF: les aides et allocations versées automatiquement, les départements concernés

Pour continuer à toucher l’APL, la CAF demande à ses allocataires de mettre régulièrement leurs informations à jour. Vous devez alors informer l’organisme des aides sociales de tout changement de situation.

Si vous ne le faites pas, la CAF peut décider de suspendre, voire de supprimer votre allocation.