Blogotop : la nouvelle affaire qui secoue la Blogosphère

0

Après l’affaire lespipoles.com (assigné par Olivier Dahan), l’affaire Imédias (assigné par Jean Marc Morandini, en cours) et l’affaire Fuzz (assigné par Olivier Martinez, en cours), c’est au tour de caledosphere.com d’être condamné par la justice !
Attention, c’est une histoire incroyable !

Rappels des faits :
Caledosphere propose un classement des blogs les plus fréquentées de la blogosphère. D’abord lancé sous le nom de Blogotop2.0, il a changé de nom pour devenir BlogoMetrie2.0 après la demande de Blogotop.com qui revendiquait la propriété de la marque « Blogotop ». Mais Blogotop.com ne s’est pas contenté de ce changement : il fait constater en décembre 2007 que le terme « Blogotop » est encore exploité sur les sites présents dans ce classement et dans le sous domaine de Caledosphere (caledosphere.com/blogotop/).
Il évalue ce préjudice (tenez vous bien) à… 30 000€ ! En cause : Caledosphere s’est placé 4e sur la requête « Blogotop » dans google, une requête qui ne doit pas dépasser 50 visites par jour. Pour information, Blogotop.com reçoit moins de 5000 visiteurs par jour. Comment peut on réclamer 30 000€ de préjudices quand ce site ne pourrait même pas en gagner autant en 10 ans?

Mais ce n’est pas tout : Caledosphere a été condamné sans même avoir connaissance de l’affaire, ne pouvant se défendre durant l’audience. Blogotop.com – qui savait parfaitement que Caledosphere été joignable par mail pour avoir communiqué à plusieurs reprises avec lui – a fait constaté par huissier qu’il était injoignable, autant par téléphone qu’à ses adresses postales (pour des raisons personnelles).

Caledosphere a été condamné le 11 février 2008 par le Tribunal de grande instance de Paris (voir la décision complète) à verser 5000€ de dommages et intérêts et 2000€ de frais de justice… sans pouvoir faire appel, puisque Caledosphere n’a pris connaissance de cette affaire qu’hier, soit plus de 15 jours après la date butoir pour faire appel.
Une affaire qui pourrait une nouvelle fois faire réagir le monde de la blogosphère, déjà échaudée par l’affaire Olivier Martinez/Fuzz soutenant en masse Presse Citron, dont l’acteur réclame plus de 35 000€ pour un simple lien qu’il n’a même pas publié lui même.
Le Web2.0 est dans le collimateur de la justice et pourrait faire d’énormes dégâts dans les mois à venir…
Affaires à suivre…
Franck, courage !

Partager sur Facebook

Les commentaires sont fermés.