Élection présidentielle US : les démocrates dans le Nevada, Romney remporte le Michigan

0

Les trois candidats démocrates s’apprêtent à affronter les urnes dans le Nevada
Après la victoire de Barack Obama dans l’Iowa et celle d’Hillary Clinton dans le New Hampshire, le Nevada s’apprête à être le prochain terrain d’affrontement des candidats démocrates à l’investiture de leur parti pour l’élection présidentielle du 4 novembre. Le débat de Las Vegas était le dernier face-à-face avant le vote au Nevada, samedi. Selon un récent sondage, Obama bénéficie d’une courte avance sur Clinton, tandis qu’Edwards restait proche, en troisième position. Cet échange n’a comporté aucune pique semblable à celles qui avaient émaillé le dernier débat démocrate dans le New Hampshire, les trois candidats ayant décidé d’adopter une attitude plus conciliante.


Le républicain Mitt Romney vainqueur dans le Michigan
Dans le Michigan, Mitt Romney, 60 ans, ex-gouverneur républicain du Massachusetts entre 2003 et 2007, a remporté un premier succès majeur dans la course à l’investiture républicaine pour la présidentielle de novembre. Se présentant en enfant du pays dans cet Etat dont son père fut gouverneur, cet homme d’affaires millionnaire ayant fait carrière dans le capital-risque avait promis au secteur automobile sinistré de le soutenir à tout prix. Handicapé par sa foi mormone auprès de certains chrétiens évangélistes, il affiche des positions ultra-conservatrices sur les questions de société ou l’immigration, dures en politique étrangère, et orthodoxes en matière économique.


Deuxième place pour John McCain dans le Michigan
John McCain, 71 ans, sénateur de l’Arizona, héros de la guerre du Vietnam et adversaire malheureux de George W. Bush en 2000, s’est placé à une décevante deuxième place dans le Michigan, un Etat dont il avait remporté la primaire il y a huit ans. Il s’était remis en selle dans la course à l’investiture républicaine en l’emportant la semaine dernière au New Hampshire, après avoir frôlé la 3e place dans l’Iowa. Un des rares à avoir prôné il y a plusieurs années l’envoi de renforts en Irak, favorable à une légalisation des immigrés clandestins, il est en délicatesse avec la frange la plus conservatrice du parti. Il avait été proche de l’abandon cet été face à une hémorragie de financement et de conseillers.

Avec LeMonde.fr

Partager sur Facebook

Les commentaires sont fermés.