Un juge décide de bâillonner un homme qui parle trop pendant son procès

11

Dans l’Ohio aux États-Unis, un accusé a eu la mauvaise idée de trop parler pendant son procès malgré les rappels à l’ordre du juge. Ce dernier a alors décidé de le bâillonner avec l’aide des policiers. Franklyn Williams a finalement été condamné à 24 ans de prison pour des vols à main armée et enlèvement.

Partager sur Facebook

TOP COMMENTAIRES

18 COMMENTAIRES

  1. Fez
    Routard•••••
    Inscrit le 14/02/2016
    1084 pts

    Si seulement on pouvait faire pareil avec tous ces rappeurs Français, booba et co…

  2. drlivingstone
    Invité

    mon comm’ n’est pas passé… alors je le reprends (il apparaîtra peut-être en doublon, désolé).

    Au USA, il y a le 5e amendement : un prévenu peut choisir de ne pas témoigner à son procès pour ne pas avoir à répondre à des questions gênantes qui pourraient l’incriminer. Il peut aussi accepter de témoigner et invoquer le 5e amendement devant une question spécifique (mais alors le jury en tire souvent des conclusions désastreuses pour le prévenu). Le procureur ne peut poser de questions au prévenu s’il ne vient pas à la barre. Donc un prévenu qui prend la parole sans témoigner officiellement viole la loi. Le juge doit la faire appliquer d’une manière ou d’une autre : soit le mec ferme sa grande gueule et le procureur ne peut pas l’interroger, quitte à être baillonné pour contrer ses réactions, soit il vient témoigner. Ici, si le mec avait encore abusé, le juge l’aurait obligé à venir témoigner à la barre, vu qu’il avait fait des déclarations orales au jury. C’est le droit à l’interrogatoire contradictoire (valable pour le procureur comme pour la défense).

    En France, c’est différent : le prévenu est tenu de répondre à toutes les questions qui lui sont posées par les parties, à savoir le juge, le procureur (ou substitut), les avocats. C’est pour cela qu’il est important que les victimes puissent se constituer partie civile, afin que leur avocat puisse intervenir durant le procès. Sinon, ils devront laisser faire le procureur, qui n’est pas toujours dans le même feeling que les victimes, question peine à appliquer…

    • drlivingstone
      Invité

      @Oscar : évidemment, on ne peut pas te forcer à parler. mais le silence peut juridiquement être interprété. aux USA, le silence ne peut pas être interprété (même s’il l’est souvent). du coup : aux USA, le prévenu peut refuser d’aller à la barre, mais pas en France.

  3. G-Power
    Routard•••••
    Inscrit le 16/12/2016
    3750 pts

    Justice assez particulière en tout cas… les flics US ont l’air de s’en donner à coeur joie… même si le gars n’est pas un saint, ça reste une humiliation.

  4. Korben
    Invité

    … bien fait pour sa tronche… on lui rappelle de se la fermer ( l’éducation ) il n’écoute pas bah on lui ferme sa gueule et basta…