TOP COMMENTAIRES

  1. daddycool

    Mouais les miens ont dormi quelques fois dans mon lit et ca n’a jamais duré longtemps et ca n’a jamais été problématique! alors les certitudes foireuses comme les votres sont bonnes pour la poubelle. Y a pas de régles, y a des individualités; des caractéres, des rythmes de vie, des obstacles aussi bien du côté des parents que des enfants et chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Courage à cette maman

31 COMMENTAIRES

  1. Theo
    Invité

    Voila pourquoi il ne faut jamais habituer un enfant a dormir dans le lit des parents.
    Elle a deux gosses et n’a pas compris ca… dommage pour elle, elle n’a pas finit alors

    • Anonyme
      Invité

      @Theo, tout a fait d’accord avec toi. Faire dormir le bébé dans le lit des parents, c’est lui donner de mauvaises habitudes. C’est sur que sur le coup on se dit qu’on est crevé et qu’on va pouvoir dormir un peu tout de même mais c’est du court terme car cela devient rapidement une habitude. J’ai 2 garçons, qui sont très speed, des monstres mais le soir, après le rituel, ils vont se coucher sans rien dire. J’ai toujours refusé qu’ils dorment dans notre lit. S’ils sont malade, je passe la nuit auprès d’eux dans leur chambre, ils font des cauchemars, je les rassures dans leur chambre. Alors oui, j’ai morflé les 11er mois pour le 1er et les 6er mois pour le 2ème mais aujourd’hui, je n’ai aucun problème de coucher avec eux et je fais de bonne nuit. J’ai un ami qui a habitué ses fils à s’endormir avec eux, ils passent la moitié de la nuit dans leur lit et le grand a 9 ans…

    • daddycool
      Invité

      Mouais les miens ont dormi quelques fois dans mon lit et ca n’a jamais duré longtemps et ca n’a jamais été problématique! alors les certitudes foireuses comme les votres sont bonnes pour la poubelle. Y a pas de régles, y a des individualités; des caractéres, des rythmes de vie, des obstacles aussi bien du côté des parents que des enfants et chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Courage à cette maman

    • Anonyme
      Invité

      Daddycool : Tu parles de « quelques fois », ce n’est donc pas systématique : tu ne les a donc pas habitué. En fait t’es d’accord avec Theo quoi …

    • daddycool
      Invité

      Probablement oui sur le fond mais j’ai comme principe de ne jamais juger un parent qui semble faire de son mieux… y’en a pas un seul qui est parfait, pas un! et tous font des erreurs. Même le fait de ne pas faire dormir son enfant avec soi peut être une erreur dans le cas de certains enfants qui auraient besoin d’être plus rassuré que d’autres. Si les enfants de Theo sont épanouis et n’ont pas besoin de ca tant mieux pour lui mais ce n’est certainement pas une régle que tout le monde devrait appliquer

    • Anonyme
      Invité

      @IkeaMonkey
      J’allais le dire, tu m’as devancé ! ;-) Je n’ai pas de gosse… donc pas de problème de gosse ! Quand on en veux, il faut assumer sans se plaindre !
      Je n’ai pas de gosse, mais j’ai un chien. Certains dirons que ça n’a rien à voir et ils auront partiellement raison. Mais partiellement seulement. Car en effet, si un chien n’a pas la nécessité d’aller à l’école, il convient tout de même de l’éduquer si on veux qu’il soit sociable et obéissant… et, comme les gosses, il ne faut jamais les laisser monter sur le lit, ou, seul sur un fauteuil ou tout endroit qui le mettrait en position de dominant. J’ai un chien, donc, et ça aussi ça a ses contraintes (Quand on part en vacance il faut trouver quelqu’un pour le prendre en pension, ou trouver un hébergement qui accepte les chiens… et il y en a beaucoup moins, que des hébergements qui acceptent les gosses ! :twisted: ), mais ces contraintes je les connaissaient et je les assumes !

    • Invisible
      Invité

      Quand on a des enfants on tombe toujours, que ce soit dans la vie ou ici sur internet les « donneurs de leçons ».
      Généralement ce sont les mêmes qui te disent que leur enfant à marché à 5 mois, parle à 8 mois, fait du vélo à 1 an, a créé un logiciel à 2 ans, découvert une nouvelle planète à 5 ans.

  2. Theo
    Invité

    @ Ok : ne crois surtout pas que je ne sais pas de quoi je parle :)
    Je suis loin d’avoir un seul enfant :)

    @ daddycool : grand bien t’en fasse.
    Content pour toi

    • daddycool
      Invité

      idem pour toi mon grand: grand bien t’en fasse .. donc évite nous tes certitudes genre: « Faire dormir le bébé dans le lit des parents, c’est lui donner de mauvaises habitudes. » .. pour ma part j’en sais absolument rien.

    • Anonyme
      Invité

      Tu dis avoir des enfants et sur la question de savoir s’il est bon de laisser ou pas, ses enfants dormir dans le lit parental, tu dis « j’en sais absolument rien » ?!?

      Mais mon pauvre amis, avant de conduire une voiture… on apprends ! Avant de vouloir faire des travaux de plomberie chez soi, soi-même (parcequeçacoutemoinscherquedefairevenirunartisan), on apprends tout autant !… ou, au minimum, on se renseigne ! Pour les bébé, c’est pareil !Il existe des tas de professionnels de la petite enfance qui peuvent aider les parents. Super Nannie ce n’est pas qu’à la télé, tu sais ? Déjà, à la maternité, le personnel médical peut aider les nouveau parents (et il le fait systématiquement, en théorie) à gérer l’enfant pour les premier(e)s mois (années) de sa vie… il faut les écouter !…

    • daddycool
      Invité

      je disais ca dans le sens « je ne me permets pas de juger », j’ai 2 ados qui vont plutot bien scolairement, socialement, sportivement etc.. mais qui ont probablement aussi leurs blessures.. donc toute ta tartine ca m’en touche une sans reveiller l’autre..

  3. bloublou
    Invité

    C’est clair qu’avec des enfants, les mauvaises habitudes sont très faciles à prendre, sans s’en rendre compte. Et pour redresser le tir ensuite, c’est chaud. À l’inverse, poser de bonnes règles n’est pas facile, surtout au début, mais à terme ça rend la vie plus simple.

  4. drlivingstone
    Invité

    elle a dû se prendre une volée de leçons en ayant posté cette vidéo sur internet…

    l’enfant doit dormir dans son lit pour la nuit comme pour la sieste.
    le bébé dormira éventuellement dans la chambre, mais dans son berceau, pas dans le lit.
    il ne faut pas céder aux caprices, ni créer de jalousie dans la fratrie.

  5. malo
    Invité

    et la camera au dessus du lit elle sert aussi les soirs ou il y papa?

  6. Anonymeu
    Invité

    Il n’y a que chez les humains qu’on éloigne les bébés de leur maman pour dormir. Un bébé A BESOIN de dormir proche de sa maman.
    Le rythme circadien de la mère s’adaptera à celui de son bébé pour les tétés.

    C’est le père qui n’a rien à faire dans le lit de la mère qui a un bébé.

    • Anonyme
      Invité

      @Anonymeu
      Chez les animaux, les bébés qui restent bien au chaud à l’abri du nid ou du terrier, pendant de longs mois, c’est loin d’être la norme !
      Il y a déjà les oiseaux nidifuges, qui, à l’inverse des oiseaux nidicoles, naissent parfaitement opérationnels. Certes, ils suivent leur mère quelques temps, mais… ils la suivent au sens stricte du mot, ils ne restent pas dans le nids, au chaud à attendre que la nourriture leur tombe dans le bec.
      Mais je peux également citer, les poissons, les insectes et la très large majorité des reptiles, qui se contentent de pondre un certain nombre d’œuf… et qui se barrent, laissant leur progéniture à la merci des prédateurs.

  7. Anonymeu
    Invité

    A l’origine ce sont des courants psychanalytiques qui ont promu l’éloignement du bébé de sa mère la nuit pour éviter les « relations incestueuses » de la mère à son bébé…
    Parce qu’il y a un tabou derrière cela. L’allaitement favorise l’excitation sexuelle.
    Dans l’esprit malade des psychanalystes misogynes, le raccourci est vite fait.
    Sauf que la nature est bien faite et si excitation il y a, elle n’aboutira pas à l’agression sexuel du bébé mais à la détente de la mère (toute seule ou avec un compagnon).

    Et un jeune enfant qui dors avec sa mère aura par définition un meilleur apport affectif que le pauvre gamin qui souffre avant chaque endormissement et qui fait souffrir sa mère de se forcer à respecter des règles sociales absurdes.
    On sait maintenant que laisser un bébé ou très jeune enfant pleurer laisse des séquelles neurologiques et psychologiques.

    • Anonyme
      Invité

      Le faire dormir dans sa chambre ne signifie pas, le laisser pleurer toute la nuit sans rien faire ! Il faut arrêter de ne voir que les extrêmes ! Ce qu’il faut, c’est repérer si les pleurs de l’enfant sont dut à un vrai cauchemars, une vraie fièvre (ou toute autre raison valable), ou bien, si c’est juste un caprice parce qu’il a repéré que, à chaque fois qu’il pleure, il obtient tout ce qu’il veut…

    • Anonymeu
      Invité

      @Anonyme
      « si c’est juste un caprice parce qu’il a repéré que, à chaque fois qu’il pleure, il obtient tout ce qu’il veut… »

      Un bébé a des BESOINS qu’il ne choisit pas. « vouloir » des câlins et se sentir protéger pendant le sommeil, c’est essentiel pour un bébé et son CERVEAU.
      Par ailleurs tout en bas de l’article ci dessous il est préciser que « Des chercheurs britanniques ont démontré que les nourrissons dont les besoins sont toujours satisfaits pleurent beaucoup moins au total que ceux qui reçoivent de moins d’attention. »

      A bon entendeur.

      https://www.huffingtonpost.fr/2016/04/07/laisser-pleurer-bebe-corps_n_9632418.html

      « Si ses appels sont ignorés, son corps est inondé d’hormones de stress. Sur la durée, cela peut endommager son système nerveux central. Sa croissance et son potentiel d’apprentissage peuvent également s’en ressentir. »

      « les bébés que leurs parents laissent pleurer « apprennent très tôt à déclencher un programme d’urgence dans leur cerveau, très similaire au réflexe de thanatose observé chez les animaux dont la vie est menacée, et qui consiste à simuler la mort ». Leur développement cérébral en est affecté et ils n’apprennent pas à s’adapter au stress. »

      «  »Les enfants ont besoin d’une chaleur physique sur laquelle ils peuvent compter, afin de satisfaire leurs besoins psychiques élémentaires et de faire baisser leur stress. C’est seulement ainsi qu’ils peuvent construire des liens sûrs et confiants avec leurs parents puis avec les autres personnes de leur entourage. »

      Des conséquences psychiques qui se manifestent jusque dans l’âge adulte

      Les bébés que l’on laisse crier peuvent être traumatisés. Le manque de réaction de leurs parents signifie: « Tu peux pleurer aussi longtemps que tu le souhaites, personne ne viendra t’aider. »

      Il en résulte fréquemment des problèmes affectifs, qui sont loin d’être les seules conséquences. Des troubles du sommeil, de l’anxiété, des dépendances et des symptômes dépressifs sont également susceptibles d’apparaître. »

      « Les parents qui ne réagissent pas tout de suite aux signaux envoyés par leur enfant ne font du bien à personne: ni à eux, ni à l’enfant. La méthode de « l’attente progressive » n’a aucune valeur pédagogique, car les bébés ont une perception du temps totalement différente de la nôtre. Ils ne savent pas s’ils ont pleuré cinq ou dix minutes et sont incapables d’en tirer la moindre conclusion.

      Il est bien connu que les bébés pleurent d’autant plus longtemps que leurs parents les ignorent. Des chercheurs britanniques ont démontré que les nourrissons dont les besoins sont toujours satisfaits pleurent beaucoup moins au total que ceux qui reçoivent de moins d’attention. »

  8. lui
    Invité

    faut vraiment etre une merde égoîste pour faire des gosses aujourd’hui