TOP COMMENTAIRES

  1. Wax
    Routard•••••
    Inscrit le 03/12/2016
    1069 pts

    Euh l’idée est bonne mais non, un parhélie est aussi appelé « soleil double », car on ne compte que les répliques de l’astre.

  2. Maissec
    Routard•••••
    Inscrit le 18/11/2015
    1248 pts

    Je connaissais pas :) Pour ceux que ça intéresse voici l’explication du phénomène (que je trouve tout aussi extraordinaire que le phénomène lui même) : »Le phénomène se produit lorsque le Soleil est assez bas sur l’horizon et que l’atmosphère est chargée de cristaux de glace présents dans les nuages de haute altitude (dans la haute troposphère) appelés cirrus ou cirrostratus. Il est plus fréquent dans les régions polaires, car de nombreux nuages bas y sont, eux aussi, chargés de particules de glace. Les cristaux se constituent naturellement dans les nuages suivant une symétrie hexagonale, en prenant la forme d’un prisme allongé, ou bien d’un hexagone ou d’une étoile à six branches aplatis. Durant leur chute, ces particules, qui présentent des angles tous égaux à 60° ou 120°, peuvent s’orienter spontanément dans le même sens et forment un réseau de prismes qui reflète et réfracte la lumière solaire. »

8 COMMENTAIRES

  1. Sniff
    Invité

    Il s’en passe des choses chez eux dis donc : les parhélies, les aurores boréales, les nuits de 6 mois, les ovnis…
    On s’ennuie pas chez IKEA !!

  2. Maissec
    Routard•••••
    Inscrit le 18/11/2015
    1248 pts

    Je connaissais pas :) Pour ceux que ça intéresse voici l’explication du phénomène (que je trouve tout aussi extraordinaire que le phénomène lui même) : »Le phénomène se produit lorsque le Soleil est assez bas sur l’horizon et que l’atmosphère est chargée de cristaux de glace présents dans les nuages de haute altitude (dans la haute troposphère) appelés cirrus ou cirrostratus. Il est plus fréquent dans les régions polaires, car de nombreux nuages bas y sont, eux aussi, chargés de particules de glace. Les cristaux se constituent naturellement dans les nuages suivant une symétrie hexagonale, en prenant la forme d’un prisme allongé, ou bien d’un hexagone ou d’une étoile à six branches aplatis. Durant leur chute, ces particules, qui présentent des angles tous égaux à 60° ou 120°, peuvent s’orienter spontanément dans le même sens et forment un réseau de prismes qui reflète et réfracte la lumière solaire. »